Aujourd’hui, c’est un article que j’ai décidé de dédié à deux personnes ayant été victimes d’un réel exorcisme et qui n’ont pas malheureusement pas survécu au rituel : Anneliese Michel et Maurice Thériault.


Anneliese Michel :

C’est en Allemagne, dans la région de Bavière et dans la ville de Leibfing, qu’est née le 21 septembre 1952, Anneliese Michel.

Durant les 16 premières années de sa vie, elle vivra une existence tout à fait normal avec une grande piété envers Dieu, tous les membres de sa famille (elle incluse) étant de fervents catholiques.

C’est en 1968, qu’Anneliese Michel commence à subir un profond mal-être se manifestant par des violents tremblements et par des pertes de contrôle de son corps. Ne pouvant plus parler et appeler au secours ses proches durant ses crises, l’ensemble de la famille décida de rencontrer un neurologue. Ce dernier diagnostiquera une épilepsie, et recommande à la famille de l’admettre dans un hôpital, pour qu’elle bénéficie d’un traitement.

Les premières attaques d’Anneliese n’ont pas été les plus simples, elle aurait vu des visages démoniaques et aurait attribué à l’un d’entre eux le nom de Fratzen, qui prenait un malin plaisir à la déranger durant sa prière quotidienne, et elle entendit également des voix. Anneliese n’hésita pas à en parler aux médecins, mais ses derniers ne savent pas quoi faire pour l’aider.

En début d’année 1973, les parents d’Anneliese ne pouvant plus supporter de voir leur fille souffrir durant ses crises d’épilepsie et face l’incapacité des médecins de déterminer exactement ce qu’elle a, décidèrent de faire appel à plusieurs prêtres afin de pratiquer un exorcisme. Cependant, ces derniers refusèrent car il suffisait pour eux qu’Anneliese continue de prendre ses médicaments. De plus, pour pouvoir pratiquer un exorcisme, la personne possédée doit avoir des caractéristiques bien spécifiques. Selon le rituel romain de base d’un exorcisme, pour être possédé, un individu doit comprendre ou parler plusieurs langues inconnues et le plus souvent mortes, il doit également connaître des faits cachés, et enfin il doit montrer un décuplement de ses forces.

C’est en 1974, qu’un prêtre accepta d’examiner Anneliese pour pratiquer un exorcisme, mais malheureusement sa hiérarchie lui a interdit cette pratique. Il faut savoir qu’un simple prêtre ne peut pratiquer un exorcisme, si celui-ci n’a pas bénéficié d’une formation durant son séminaire à Rome, et si le diocèse de la région où se trouve la personne possédée, n’a pas obtenu le feu vert du Vatican, pour pratiquer un exorcisme. Suite à cela, les crises d’Anneliese sont de plus en plus violentes et aggravent son état de santé, allant jusqu’à insulter sa famille, pire encore, elle n’hésita pas à les battre et à les mordre. Elle refusait de s’alimenter, elle bougeait tellement dans son lit qu’elle dormait à même le sol, et on pouvait toute la journée l’entendre hurler, briser des crucifix et brûler des icônes religieuses représentant Jésus.

Ce n’est qu’à partir de 1975, après avoir vérifier l’état avancé de la possession d’Anneliese Michel, que l’archevêché un exorcisme fondé sur un rituel romain. Selon le curé de la paroisse, où se rendait toute la famille Michel pour les prières du dimanche, Anneliese serait possédée par plusieurs démons dont il fallait impérativement la libérer. Anneliese serait possédée par 6 démons : Lucifer, Judas d’Iscariot, Néron, Cain, Hitler, un pasteur du 16ème siècle nommé Fleischmann et un démon se faisant le plus souvent appeler “Le Damné”. A partir de ce jour, les rituels d’exorcisme seront pratiqués une à deux fois par semaine dans le cas d’Anneliese. Les crises étaient tellement puissantes qu’il fallait pas moins de 3 hommes pour la maîtriser, si cette dernière n’était pas enchaîner à son lit. Malgré tout ceci, elle pu reprendre un semblant de vie normal en retournant à l’école et en participant à un concours. Mais malheureusement, les crises sont toujours présentes et semblent ne pas s’arrêter.

Anneliese se trouvait le plus souvent paralysée et inconsciente durant ses horribles crises. Elle refusait de s’alimenter sainement et de manière normale, on a rapporté durant son séjour à l’hôpital qu’elle mangée des mouches et tous insectes présents dans la pièce où se passait ses exorcismes hebdomadaires, allant jusqu’à boire sa propre urine ! Pratiquant plus de 600 génuflexions (action de se mettre à genoux) à la suite, ses genoux furent cassés.

40 cassettes audios ont été enregistrées lors des exorcismes d’Anneliese Michel pour en conserver les détails. Le dernier exorcisme d’Anneliese Michel se déroula le 30 juin 1976. A ce stade, Anneliese souffrait d’une pneumonie. Son visage était émacié et montrer une grande fièvre. Elle mourut le lendemain à son domicile, elle n’avait alors que 23 ans. Le rapport d’autopsie indiquait qu’elle est décédée suite à une sévère malnutrition et à une déshydratation consécutives à sa privation de nourriture pendant la dernière année de sa vie.

Un procureur décida de mener une enquête et d’inculper les deux prêtres exorcistes ainsi que les parents d’Anneliese, souffrant probablement selon lui d’épilepsie et de psychose pour négligence ayant entraîné la mort d’Anneliese. Durant le procès, les deux prêtres exorcistes firent écouter les enregistrements de leur séance. Au moment de leur pratique d’exorcisme chez Anneliese Michel, ils ont pu constater qu’on pouvait nettement distinguer les voix de deux démons entrain de se disputer entre eux, pour savoir lequel des deux quitteraient en premier le corps de la jeune fille.

Le verdict du procès fut sans appel, les deux prêtres et les parents d’Anneliese furent reconnus coupables, et condamnés à 6 mois de prison avec sursis.

Les enregistrements disponibles peuvent heurter la sensibilité des personnes les plus fragiles : en effet, ceux-ci sont en règle générale des compilations d’enregistrements oraux, accompagnés des photos de la jeune femme dans un état de délabrement physique plus ou moins avancé.

J’ai pu retrouver le lien de ses enregistrements et des photos les accompagnant. Je vous préviens d’avance que cela risque de vous heurter sensiblement, moi même ayant été très affecté de ce que j’ai pu voir et entendre, le voici :

Maurice Thériault :

Voici à présent l’autre histoire d’une personne qui tout comme Anneliese Michel, a été la malheureuse victime d’un exorcisme. Je parle bien sûr de Maurice Thériault.Maurice Thériault était le fils de fermiers francophones d’origine canadienne qui habitaient dans le Maine, aux Etats-Unis. Mais c’est depuis sa plus tendre enfance, que sa vie fut douloureuse. En effet, Maurice souffrait de l’attitude tyrannique de son père le forçant à travailler de longues heures à la ferme, et se montrant de plus en plus violent avec le temps auprès de son fils. Le jeune garçon qu’il était n’en pouvant plus, se serait prononcer un jour dans la grange en faisant appel à des forces surnaturelles et aurait souhaiter selon les témoignages rapportés par ses proches, que “son père soit le Diable en personne plutôt que son père biologique, car au moins il serait plus clément avec lui”. Sans s’en rendre compte à ce moment là, Maurice vient inconsciemment de signer un pacte avec le Malain, afin de le libérer du calvaire quotidien dont il était victime. Un jour, il surprit son père dans la grange entrain de réaliser l’impensable sur un animal, celui-ci l’ayant remarqué, l’invita contre son grès à le rejoindre.

En grandissant avec le temps, Maurice développa des talents hors du commun chez un individu lambda. En effet, il disposait d’une immense résistance physique, d’une force extraordinaire et il connaissait des choses qu’il n’avait jamais appris. Après avoir quitter ses parents à la ferme, il vécut de petits boulots pendant quelques années en Nouvelle-Angleterre. Mais un jour de 1975, un nouveau drame survient dans sa vie : pour une raison demeurant inconnue, son père assassinat sa mère d’une balle dans la tête, puis mis fin à ses jours quelques jours plus tard.

En 1985, Maurice alors âgé de 51 ans vivait dans le paisible village de Wackley, dans l’Etat du Massachuchetts, avec sa femme Nancy, les enfants qu’elle eu d’un précédent mariage et leurs enfants biologiques. Il connu à ce moment là, enfin une vie normale et saine, cultivant des légumes de son jardin qu’il revendit au bord de route sur un petit étal. Maurice était très apprécié par ses proches et par ses voisins qui lui donnèrent le doux nom de Frenchy par rapport à ses origines. Il était reconnu pour être un homme doux et d’une extrême gentillesse.

Pourtant les apparences sont trompeuses, car dès que ce dernier était seul avec sa famille, il lui arrivait de changer d’expression de regard et de se montrer mauvais, allant jusqu’à expliquer que son comportement est du au fait qu’il était habité par une entité maléfique le poussant à être violent.

Au cours du printemps 1985, d’étranges phénomènes surviennent dans la vie de Maurice Thériault. Du sang coulait inexplicablement de ses yeux, d’étranges plaies apparaissaient sur son visage, des croix se dessinaient partout sur son corps, sa force déjà hors norme était accrue, et il développa le don d’ubiquité (capacité d’être présent à un ou plusieurs lieux simultanément).

Maurice devenait suite à l’apparition de ses manifestations de plus en plus violent. Insultant tous les membres de sa famille, les frappant, leur crachant au visage et parlant constamment de suicides et de meurtres. Pourtant, il avait conscience qu’il était devenu dangereux et à décidé d’apporter toutes ses armes à feu à la police locale. Mais Maurice a prévenu Nancy et ses enfants n’osant pas se plaindre auprès de lui, si l’un d’entre eux s’avisait de parler, il le tuerait.

Maurice et Nancy étant tous deux croyant et fervents catholiques décidèrent de faire appel à l’abbé Boyer, prêtre de la paroisse de Wackley, qui décida de faire appel au couple d’enquêteurs paranormal Ed et Lorraine Warren.

Avant de se rendre sur place, Ed et Lorraine décidèrent d’envoyer sur place leur assistant Paul Walukiewicz, afin que ce dernier observe pendant une nuit Maurice, et si il trouve une explication rationnelle à ses saignements survenant brusquement. Malheureusement, Paul expliqua au couple, qu’il n’y avait aucune explication scientifique de tous ces phénomènes, et que Maurice Thériault était bel et bien possédé. Suite à cela, Ed et Lorraine Warren accompagnaient par leur neveu Tony Spera se rendirent au village de Wackley

Nancy étant la seule témoin des événements surnaturels de son mari, l’archidiocèse de Boston lui recommanda de prendre contact avec un psychiatre. Maurice accepta de le rencontrer en étant accompagné par Ed Warren et l’abbé Boyer, mais quand ses derniers au moment de la consultation se rendirent compte que le médecin ne prenait pas la possession démoniaque au sérieux, Ed considéra qu’il était inutile de perdre du temps, et décida de quitter le cabinet avec Maurice et l’abbé Boyer qui s’empressaient de le suivre. Ed aurait même répondu de colère au psychiatre : “Ecoutez-vous. J’espère que quand vous serez seul, quelque chose vous arrivera et vous frappera en pleine bouche comme ça s’est produit pour ce pauvre homme que vous refusiez d’aider.”

Les manifestations paranormales chez Maurice se décuplèrent et plusieurs personnes en furent désormais témoins. Pendant leur enquête, Tony Spera et les Warren virent Maurice saignait des yeux et de la bouche, et des symboles religieux se graver partout sur la peau de son dos et de son torse. Ils constatèrent également la force surhumaine de Maurice qu’ils ont attribué au démon. Selon le témoignage des époux Warren, ils auraient vu un jour Maurice soulevait une statue de la Vierge Marie pesant plus de 135 kg, et quand ils ont demandé à un haltérophile de reproduire l’expérience, cela a été un échec. De plus, durant leurs enregistrements audio avec Maurice Thériault, et après réécoute, il furent surpris de constater que seul les voix d’Ed et de Lorraine étaient bien distinctes, alors qu’ils étaient 3 personnes à engager une conversation. Pour Ed Warren, il y a deux événements majeurs dans la vie de Maurice qui à ouvert une porte au démon. Le premier est l’incident du père dans la grange et le second et celui où il a demandé de l’aide aux forces invisibles. Maurice raconta même qu’un jour, il a été maudit le vieux Willy Dumont, un habitant de son pays d’enfance, et Ed pense que cela aurait pu aussi avoir un impact sur la suite des évènements.

Les Warren craignant qu’un drame survienne un jour chez Maurice, décidèrent de faire appel à la police locale. Les agents de police furent stupéfier de retrouver Maurice étendu sur le sol et de voir du sang sortir de sa bouche et de ses yeux, ainsi que de voir apparaitre sur son corps de drôle de messages en français. Les policiers accompagnés de leur chef ont pu également constaté à ce moment là un étrange liquide jaunâtre sortir de la bouche de Maurice Thériault.

Le couple d’enquêteurs du paranormal en a donc conclu que Maurice est tombé sous l’emprise de Satan en personne durant son enfance car son père était lui même possédé. L’archidiocèse de Boston ne voulant pas être impliqué dans cette affaire, l’abbé Boyer décida de confier le cas d’exorcisme de Maurice Thériault à Robert McKenna, représentant de l’Ordre dominicain des Prêcheurs affirmant qu’un seul rituel romain pouvait éviter une tragédie.

L’évêque aurait pratiqué trois exorcismes sur Maurice, et le dernier a été le plus spectaculaire en présence d’une douzaine de témoins. Pendant le rituel, plusieurs changements chez Maurice ont été constaté par l’ensemble des personnes présentes parmi lesquels : brûlure de la peau, apparitions de cloques sur la joue et d’une grande plaie sur le front, et ses pupilles ressemblaient à celle d’un serpent. Il était clair qu’au moment du rituel, le diable prouvait bel est bien sa présence. Il s’agit du tout premier exorcisme a avoir été filmé en vidéo, et j’ai pu retrouver l’extrait montrant toutes les transformations au cours du rituel de Monseigneur McKenna sur Maurice Thériault dans les archives des dossiers Warren. Je vous préviens d’avance que vous risquez d’être choqué, voici le lien :

L’exorcisme s’est révélé être un succès d’après les dires des Warren qui n’ont pas hésité à affirmer qu’il s’agissait d’une des enquêtes les éprouvantes et plus difficiles de leur carrière.

Au cours des années qui ont suivi cet évènement, la famille Thériault retrouva une vie paisible. Les manifestations qui étaient alors présentes chez Maurice semblent avoir disparues. Il était redevenu l’homme que tous connaissaient. Mais ce bonheur fut de courte durée, car en 1991, Nancy du rappeler les époux Warren pour leur signaler que Maurice est à nouveau possédé. Un jour alors que Nancy s’était d’absenter, Maurice avait déclarer qu’il allait s’étendre au sous-sol, mais au moment du retour à la maison de sa femme, ce dernier bondit sur elle à la cuisine armé d’un fusil de chasse de calibre 12. Nancy tenta de lui arrachait l’arme de ses mains, mais Maurice lui donna un coup de crosse. Terrorisée par le monstre qu’est devenu son mari, Nancy eu le courage de quitter précipitamment leur maison afin de chercher de l’aide. Elle fut touchée au bras par une balle tirée à ce moment là par Maurice, une seconde balle a retentit et atteint une fenêtre de leur salon. Maurice a réussi à rattraper sa femme et il lui obligea à s’asseoir devant lui au salon. Par la suite un combat semble être mené entre Maurice et l’entité maléfique voulant prendre possession de lui, Nancy assistant complétement terrorisée et immobile à cette scène. Jusqu’au moment où ce dernier mis son fusil directement dans sa bouche et se tira une balle provoquant sa mort.

La dernière chose que Nancy eu prononcé à ce moment là été “amen”. Et malheureusement aucune explication encore à ce jour n’a pu être trouvée pour comprendre les phénomènes dont il a été victime.

Rédigé par John Sinclair et publié sur Hellystar