L’intérêt pour le mythe inter-populaire du vampire est à son plus haut niveau. L’enthousiasme récent pour cet immortel suceur de sang a peut-être commencé avec le très populaire roman d’Anne Rice, Interview with the Vampire publié en 1976, et qu’elle a suivi avec plusieurs autres livres sur le monde vampire qu’elle a créé. Les films et la télévision ont tiré parti de cette popularité avec des films tels que Buffy contre les vampires , The Lost Boys , la version cinématographique de Dracula , Underworld de Francis Ford Coppola et l’adaptation cinématographique de Tom Cruise et Brad Pitt de Interview with the Vampire. Mais, l’énorme intérêt pour ces créatures soulève la question suivante: les vampires existent-ils vraiment ?


Le genre est plus populaire que jamais grâce à True Blood et Vampire Diaries, et surtout à l’énorme succès de la série de romans Twilight de Stephenie Meyer, qui reçoivent également le traitement hollywoodien. Quand un phénomène comme celui-ci se glisse dans notre conscience de masse, vous pouvez à peine vous retourner sans vous heurter aux médias liés aux vampires, certaines personnes commencent alors à penser que ces créatures sont réelles ou ils aiment tellement le fantasme qu’ils veulent que cela soit réel.

La question de savoir si les vampires sont réels ou non dépend de la définition que l’on se fait de lui. Si par vampire nous entendons la créature surnaturelle qui est pratiquement immortelle, a des crocs à travers lesquels elle peut sucer le sang, à une aversion pour le soleil, peut se métamorphoser en d’autres créatures, craint l’ail et les croix religieuses, et peut même voler… Nous dirions qu’il est fort probable que non, une telle créature n’existe pas. Du moins, il n’y a pas de bonne preuve qui prouve que cela existe. Une telle créature est une “simple” fabrication de romans, de séries télévisées et de films.

Mais, si nous nous dispensons certains attributs surnaturels, on peut alors définir certaines personnes de vampirique.

Les vampires de style (de vie)

En grande partie à cause de l’influence des vampires dans les médias, il existe maintenant une sous-culture du vampirisme, dont les membres cherchent à imiter le style de vie de leurs héros fictifs (ou antihéros).

Il y a un certain chevauchement avec la communauté gothique, qui semblent tous deux chercher une harmonie entre le côté obscur et mystérieux des choses. Les vampires de style de vie s’habillent généralement en noirs et autres accoutrements qui correspondent à l’esthétique du vampire que nous avons en tête. Selon un site web, ces styles de vie prennent cela “non seulement comme quelque chose à faire dans les clubs, mais aussi dans leur vie en général, et par la suite forment des familles élargies sur le modèle des covens, des clans, etc.”

Ceux qui adoptent le mode de vie des vampires ne prétendent pas aux pouvoirs surnaturels. Et il serait injuste de les rejeter comme des gens qui aiment jouer à Halloween toute l’année. Ils prennent leur mode de vie très au sérieux car cela leur procure un besoin intérieur, voire spirituel.

Les vampires sanglants

Les vampires attirés par le sang (aussi appelés : sanglant ou rouge sang) peuvent appartenir aux groupes de mode de vie mentionnés ci-dessus, mais ils vont plus loin dans la fantaisie en buvant du sang humain. En général, ils ne boivent pas un verre de vin… comme un verre de vin normal, mais ils ajoutent généralement quelques gouttes de sang à un autre liquide à boire. Dans les “grandes” occasions, un vampire sanglant se nourrit directement d’un volontaire ou d’un «donneur» en faisant une petite incision et en aspirant un petit filet de sang.

Certains de ces vampires rouge sang revendiquent un besoin réel d’ingérer du sang humain. Alors que le corps humain ne digère pas très bien le sang, il ne semble y avoir aucune explication physiologique qui expliquerait un tel besoin. Si le désir est présent, il est alors certainement de nature psychologique ou simplement un choix.

Les vampires psychiques

Les vampires psychiques, dont certains pourraient aussi adopter le mode de vie vampire décrit ci-dessus, prétendent qu’ils ont besoin de se nourrir de l’énergie des autres. Selon l’organisation The Psychic Vampire Ressources, les vampires praniques, comme on les appelle parfois, sont des gens qui, en raison d’une condition de leur esprit, ont besoin d’obtenir de l’énergie vitale de sources extérieures, ils sont incapables de générer leurs propres énergies, et souvent, ils n’ont pas la meilleure capacité pour stocker l’énergie qu’ils ont.”

Vous l’aurez compris, nous sommes loin de notre Dracula et nous nous rapprochons plus d’une larve / sangsue astral, voleuse par excellence d’énergie.

Le vampire psychopathe

Si boire du sang humain est qualifié de vampirique, alors plusieurs tueurs en série méritent une étiquette. À la fin du 19e et au début du 20e siècle, Peter Kürten, surnommé «le vampire de Düsseldorf», a commis neuf meurtres et sept tentatives de meurtre. Il éprouvait une certaine excitation sexuelle avec la vue du sang de ses victimes et en aurait même ingéré. Richard Trenton Chase a été surnommé “Le Vampire de Sacramento” après avoir assassiné six personnes et bu leur sang.

De toute évidence, ces “vampires” sont criminellement fous et ironiquement, leurs compulsions meurtrières et leurs pratiques macabres les rendent plus proches des vampires démoniaques de la tradition littéraire que les autres «vampires» décrits plus haut.

Conclusion

Alors, les vampires sont-ils réels? Pour les êtres surnaturels comme Nosferatu, Dracula, Lestat de Lioncourt et Edward Cullen de Twilight, non, ça n’existe sûrement pas, mais il s’agit plutôt du comportement mental, le mode de vie et autres qui créer les vampires…

Mais peut-être que vous en êtes un, vous ?