L’Engadine est une région des Alpes suisses dans le canton des Grisons situé au sud-est du pays. La Basse-Engadine, est une région plus sauvage que la Haute Engadine car elle est connue pour avoir su préserver ses ressources naturelles, de disposer d’une faune et d’une flore riche, d’avoir de nombreux minéraux ainsi de nombreuses vallées étroites et de gorges.

C’est dans cette partie isolée de la Suisse, que fut construit un sanatorium à plus de 1500 mètres d’altitude dont le but de celui ci est de soigner certaines maladies tout particulièrement la tuberculose. Il est aujourd’hui reconverti en hôtel connu sous le nom de Val Sinestra, mais nous allons tout de suite découvrir pourquoi l’idée d’accueillir des malades a été abandonnée et pourquoi des phénomènes étranges ont été observées ?

L’histoire du lieu et phénomènes étranges :

C’est en 1912 que la sanatorium a été construit pour accueillir des patient atteint de la syphilis, de la leucémie et de la tuberculose tout particulièrement. Je n’ai pas trouvé d’informations sur le nombre de personnes malades qui ont séjour-nées, vécues ou qui sont mortes dans cette ancienne maison de santé, mais ce lieu a véritablement tout ce qu’il faut pour avoir peur.

Tout commence d’abord par le cadre du lieu, il est perdu à moins de 6 kilomètres de la première localité, et les routes enneigées qui permettent d’y accéder sont quasi-impraticables. C’est un gigantesque bâtiment qui abrite pas loin de 11 étages ! On peut ainsi trouver un vieux piano à queue, des photos d’inconnus aux visages fermés, des longs couloirs sombres menant à des portes closes… Bref, lorsque l”hiver arrive et que la nuit tombe, cet édifice a tous les ingrédients nécessaires pour un classique film d’horreur. Il aurait même très bien pu inspirer le film de Stanley Kubrick Shining adapté au cinéma suite au succès du livre du même nom de l’auteur Stephen King, qui possède pas mal de similitudes avec l’hôtel Stanley.

Mais ce n’est pas uniquement l’environnement dans lequel est situé le lieu qui effraie, ce sont notamment les nombreux phénomènes étranges qui ont été observés parmi lesquels des fenêtres qui s’ouvrent subitement, des verres à vin qui tintent, des boules de lumière ou orbes apparaissant au beau milieu de la nuit ou encore des courants d’air glacial qui traversent les salons pourtant bien chauffés.

Le SonntagsBlick, un hebdomadaire suisse décide d’engager deux médiums et de les envoyer au Val Sinestra afin d’enquêter sur les phénomènes constatés par les propriétaires de l’hôtel ainsi que leurs clients et résidents. Et le verdict tombe, les médiums ont confirmé la présence du fantôme d’un ancien patient belge nommé Guillon, atteint de la tuberculose et qui a été soigné au sanatorium dans les années 1920. Il serait revenu hanté les lieux car de son vivant il était tombé amoureux d’une employée nommée Maria, mais aussi pour protéger le personnel. Plusieurs témoins affirment l’avoir souvent aperçu dans les étages du bas qui à l’époque du sanatorium était destinés aux patients suivant des cures thermales. Enfin, ce qui a été également constaté sur le fantôme Guillon, c’est que même si celui-ci est inoffensif, il ne supporte pas la foule, selon Wanda Hopman, une néerlandaise de 47 ans, vivant dans l’hôtel depuis plus de vingt ans. Ce qui est bien dommage selon elle, qui est aussi connue pour être la directrice de l’établissement, car la majorité de ces clients viennent des Pays-Bas et ne connaissent pas l’existence du fantôme.

Wanda Hopman, proprétaire du Val Sinestra

 

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr