Quand on pense à Tchernobyl, le lieu de vacances n’est certainement pas la première chose qui vient à l’esprit. Cependant, plus de trois décennies après la terrible fusion du réacteur, les visites des villes contaminées entourant le tristement célèbre réacteur gagnent en popularité,dont Prypiat.


Le 26 avril 1986, au cours d’un essai visant à déterminer la puissance nécessaire au fonctionnement du réacteur n4 en cas de panne de courant, la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé, libérant dans l’air des quantités extrêmement dangereuses de produits chimiques radioactifs qui, avec le temps, ont contaminé des millions de kilomètres carrés dans des dizaines de pays européens. L’IAEA (Agence internationale de l’énergie atomique) estime qu’environ 30 personnes ont été tuées par l’explosion et l’exposition aux rayonnements, avec plusieurs milliers de décès supplémentaires dus à une incidence plus élevée du cancer possible à long terme.

La ville la plus proche du réacteur n4 était Pripyat (ou autrement appelée Pripiat), une ville de 49 000 habitants fondée en 1970 pour accueillir les travailleurs de Tchernobyl. Il y avait 15 écoles primaires, un hôpital, 25 magasins, 10 gymnases, ainsi que des parcs, des cinémas, des usines et d’autres marques d’une communauté prospère. Il y avait même un parc d’attractions. Seulement à environ trois kilomètres de l’explosion, la ville entière a été forcée d’évacuer en seulement deux jours.

Plus de deux décennies plus tard, cette ville fantôme est devenue une image figée de l’union soviétique e 1986. La propagande communiste est toujours accrochée aux murs, les effets personnels jonchent les rues et les bâtiments abandonnés. Le marteau et la faucille décorent les lampadaires, en attendant les célébrations du 1er mai qui n’ont jamais eu lieu. Des jouets sont éparpillés dans les écoles où ils ont été abandonnés pour la dernière fois par des enfants qui ont maintenant atteint l’âge adulte. Toutes les horloges sont gelées à 11h55, au moment où l’électricité a été coupée.

Ironiquement, l’absence d’humains a été excellente pour la faune. En 1986, la faune sauvage n’était pas « au mieux de sa forme » à Tchernobyl, concurrencée par les différentes constructions rapides de la ville. Après le drame, les populations de cerfs et de sangliers sont revenus presque immédiatement, et malgré des niveaux de radiation des milliers de fois plus élevés que la normale, ils ne montraient pas de signes évidents de mutations (bien que les plantes soient devenues assez bizarres) et les populations animales ont pu énormément augmenter. Après le retour des wapitis, des cerfs et des sangliers, leurs prédateurs, les loups et les lynx sont aussi revenus. Aujourd’hui, les populations animales ressemblent davantage à celles d’un parc national qu’à celles d’une zone de confinement radioactif. Il s’avère que, du point de vue des animaux, une catastrophe nucléaire est préférable à une habitation humaine normale.

Pour visiter Pripyat, Tchernobyl et d’autres villages environnants, il faut d’abord obtenir un laissez-passer d’une journée auprès du gouvernement. Ces laissez-passer peuvent être obtenus par l’intermédiaire des compagnies de tourisme situées à Kiev, à environ 110 kilomètres du site de l’explosion. Il y a cinq agences de voyages bien connues qui emmènent les visiteurs à Pripyat. Cependant, en raison de l’absence de vies humaines, les bâtiments et autres structures de la ville sont de plus en plus délabrés. C’est pourquoi de nombreuses entreprises de visites guidées ne permettent pas aux visiteurs d’entrer dans les bâtiments. Toutes les visites se terminent par un dépistage des niveaux de radiation.

Déjà, après seulement deux décennies d’abandon, Pripyat commence à être englouti par la forêt environnante. Bientôt, elle sera sans doute complètement envahie, redonnant court à la vie de la nature.

Toutes les images de cet article proviennent du photographe : Lynn Hilton pour The Guardian



Vous aimez ? Partagez avec vos amis !

825 shares

Quelle est votre réaction ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
1
HUM
LOL LOL
1
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
2
OMG
OHW OHW
0
OHW
Pière J. Robin
Créateur de Hellystar, je suis là pour vous faire découvrir nombre de sujets aussi passionnants, qu'extraordinaires et parfois très bizarres. Retrouvez-moi sur Facebook
Choisissez un type de post
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF