1 share

Un presbytère est connu pour être le lieu de résidence du prêtre d’une paroisse situé non loin du lieu de culte. Qui puisse imaginer que celui de Borley ait la réputation d’être hanté ? Si aujourd’hui il ne reste plus grand chose de la maison d’un fidèle serviteur de Dieu, les phénomènes paranormaux s’y déroulant ne semblent pas vouloir s’arrêter. Découvrons ensemble ce que les ruines de ce lieu ont à nous cacher.


C’est dans le Comté d’Essex en Angleterre, que se trouve le presbytère de la paroisse de Borley, une grande résidence de style néo-gothique. Construit en 1862, en pleine période victorienne par le révérend Henry Bull, il aurait apparemment été bâtit sur d’anciens édifices, certains ont parlé qu’initialement il y avait un presbytère géorgien et d’autres prétendent que c’était un monastère de l’Ordre des Bénédictins. En tout cas ce qui est troublant, c’est qu’à peine un an après sa construction, il y a déjà des manifestations étranges qui furent constatées. Parmi les témoignages relevés de cette époque, des bruits de pas ont pu clairement se faire entendre et il paraitrait même que les 4 filles du pasteur auraient aperçu l’esprit d’une nonne à moins de 40 mètres de leur lieu d’habitation.

Photo d’époque du propriétaire des lieux, le révérend Henry Bull.

Avant même que le pasteur ne prenne place à son domicile avec ses 4 enfants en 1863, il y avait déjà une légende circulant sur ce lieu. En effet, selon cette dernière un moine serait tombé amoureux avec une religieuse du couvent de Bures, situé dans le Comté de Suffolk. Leur amour étant proscrit dans les croyances de leur religion, les deux amants auraient tenté de prendre la fuite dans une calèche. Malheureusement pour eux, ils furent rattrapés, mis aux arrêts et condamnés à mort à l’issu d’un jugement éclair. Le moine fut ainsi pendu et la nonne fut emmurée vivante dans son couvent. Naturellement, l’histoire de cette légende est connu dans toute la région en cette époque et elle fut d’ailleurs accompagnée de témoignages troublants. Plusieurs personnes ont rapporté avoir entendu des hurlements étranges venu de nulle part, vu des chevaux fantômes tirés une calèche ou comme on disait en ce temps un cab. D’autres affirment avoir vu des objets se déplacer tout seul ou de voir de sinistres apparitions comme celle d’un moine sans visage ou celle d’une religieuse vêtue de vêtements noirs. Tous ces témoignages renforçant grandement l’hantise du lieu ont été rapportés en 1929 dans un article du journal « Daily Miror ». Cet article annonçait par la même occasion la mort de Henry Bull ainsi que tous les membres de sa famille, propriétaires du presbytère de Borley depuis 67 ans.

Les lieux resteront inhabités durant une année entière jusqu’à ce que le révérend Guy Smith et son épouse reprennent le presbytère. Il semblerait qu’ils aient eux aussi été témoins de phénomènes paranormaux. Une nuit alors qu’une forte tempête faisait rage, le révérend aurait été tiré de son sommeil par le tintement d’une cloche à l’entrée. Lorsque ce dernier s’empressa de se lever afin de voir qui pouvait venir lui rendre visite à une heure aussi tardive, il fut surpris de constater au moment d’ouvrir la porte qu’il n’y avait personne. Il se mit alors à penser que ce n’était qu’un plaisantin, pourtant le même phénomène s’est reproduit peu de temps, mais il n’y avait toujours personne. Et ce n’est pas tout, d’autres phénomènes furent observés par les Smith dont des bruits de pas, des lampes s’allumant et s’éteignant toutes seules, ainsi que des petits cailloux projetaient sur les carreaux de leurs fenêtres. Il paraitrait même qu’un jour Madame Smith aurait vu une calèche dans l’allée de leur propriété avant que celle-ci ne disparaisse. Le révérend aurait même entendu une fois dans sa chapelle, une voix lui murmurant « Non, Carlos, Non ! ». Exténués par l’ampleur des phénomènes le couple déménage après 9 mois d’habitation.

En 1930, c’est une autre famille qui s’installe dans les lieux dont le patriarche n’est autre que le révérend L.A. Foyster. Accompagné par sa jeune épouse répondant au nom de Marianne, ils furent également victimes des manifestations étranges de Borley. Comme se fut le cas pour la famille Smith, des bruits de cloche se sont également fait entendre tout comme des bruits de pas et des jets de pierre contre les vitres. Cependant, d’autres faits mystérieux ont été relevés et ont été soigneusement notés dans le carnet du pasteur en plus de ceux décrits plus hauts. Comme par exemple de l’eau qui aurait projeté sur le couple au moment du coucher et qui est venue de nulle part. Un autre jour, Monsieur Foyster fut tiré de son sommeil après avoir reçu un coup sur la tête, lorsque celui-ci s’est réveillé il constata que l’objet en question qui l’a réveillé était sa brosse à cheveux. Tout ceci montrait des manifestions d’un esprit frappeur ou poltergheist. Le couple affirme avoir vu des apparitions d’une nonne ainsi que celle d’un pasteur qui s’est révélé être le premier occupant du lieu, le révérend Bull. D’étranges inscriptions sont également apparues réclamant une messe et de manière inexplicable de la « lumière » ? Serait-ce un message des entités du lieu voulant de l’aide pour rejoindre l’autre monde ? Ou au contraire, ce message est-il destiné à se moquer de la fonction de Monsieur Foyster ? Nous ne connaitrons probablement jamais les réponses à ces questions.

Afin d’être sûr que Monsieur et Madame Foyster n’étaient pas devenus fous ou d’être les seuls témoins de ces phénomènes, ils invitèrent des amis à les rejoindre à Borley. Parmi les invités y figurait le juge de paix Guy L’Estrange qui a d’ailleurs rédigé un rapport détaillé durant son séjour chez les Foyster. On a pu relever dans ce compte rendu, de la vaisselle retrouvée en milles morceaux sur le sol de la cuisine, alors qu’il n’y avait personne dans cette pièce, des bouteilles semblant voler toutes seules d’un coin à l’autre de la cuisine alors qu’elles étaient à la base dans un cellier fermé à double tour, toutes les sonnettes de la maison se mirent à tinter alors que les cordons les reliant été coupés. L’Estrange affirme même qu’au moment où il dormait dans la chambre d’amis, il a ressenti une baisse inexplicable de température dans la pièce et il aurait vu une forme se matérialiser devant lui dans un halo de lumière. Il a tenté de se dirigeait vers cette mystérieuse lumière mais a senti une force invisible lui barrer la route, il alors tenté d’entre en contact avec cette apparition mais cette dernière disparu lentement devant ses yeux. Les Foyster ne pouvant plus supporter l’ampleur de ses phénomènes quittèrent définitivement les lieux en 1935.

Le presbytère restera inoccupé durant de nombreux mois jusqu’à l’arrivée en mars 1936 du pasteur Henning. Mais comme ses prédécesseurs, il quittera lui aussi le lieu après 6 mois d’occupation. Par la suite, le chasseur de fantômes Harry Price mena une enquête dans ce lieu afin de confirmer les nombreux phénomènes recensés. Il fut accompagné dans sa tâche par une cinquantaine de collaborateurs et vont mener des recherches intensives pendant plus d’un an.

Harry Price, chasseur de fantômes britannique ayant intervenu au presbytère de Borley.

 

Les phénomènes suivant ont été constatés par Price et son groupe d’enquêteurs. Lors d’une séance de spiritisme, ils auraient découvert l’identité d’une entité féminine, une religieuse du nom de Marie Lairre. Après s’être renseigner à son sujet, elle aurait été de son vivant une nonne française du 17ème siècle qui aurait été contrainte de quitter son couvent de la ville de Le Havre afin de rejoindre son époux, Henry Waldergrave un homme riche et influent de Borley. Ce dernier aurait assassiné sa femme et enterré son corps dans la cave de son manoir. Ce qui est troublant, c’est qu’avant que le presbytère de Borley ne soit construit, certains mentionnés un ancien presbytère géorgien ou d’autres un monastère bénédictin. Ces personnes seraient-elles tromper sur toute la ligne ? Possible. En tout cas l’âme de cette personne défunte semble être condamné à errer dans les lieux. Une séance de ouija fut menée beaucoup plus tard, et ce coup ci l’équipe tomba sur l’esprit d’un homme nommé Sunex Armures qui aurait révélé aux médiums qu’un terrible incendie ravagera plus tard le lieu. Une prédiction qui s’est avérée être vrai puisque le presbytère de Borley fut complétement ravagé par un gigantesque incendie durant la Seconde Guerre mondiale en 1944, ne laissant derrière lui que des ruines. Ces dernière furent d’ailleurs détruites la même année par le nouveau et dernier propriétaire connu des lieux, le capitaine W.H. Gregson. Malheureusement, nous ne savons pas si comme les anciens propriétaires avant lui, il a vécu des phénomènes étranges ou non. Peut-être n’est ce qu »une simple légende destinée à faire peur aux enfants ou aux passants voulant pénétrer dans ses lieux, seulement si tel était le cas, pourquoi autant de personnes ont décrit les mêmes phénomènes en différentes périodes ? Le fruit d’une imagination collective ? J’en doute. En tout cas la seule chose dont on est sûre, c’est qu’on appelle pas par hasard le presbytère de Borley « la maison la plus hantée d’Angleterre » pour rien.

Rédigé par John Sinclair et publié sur Hellystar



Partagez cet article

1 share

Quelle est votre réaction ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
1
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

Commentaires

John Sinclair

John Sinclair est un grand passionné d’histoire, de tout ce qui touche au paranormal et, de manière générale, à l’étrange. Une passion qui a démarré avec l’écriture d’articles sur le sujet, sur un blog personnel pour commencer puis finir sur Hellystar, en tant qu’éditeur d’articles. Il a également créé une chaîne YouTube dans laquelle il présente des reportages sur la base de ses recherches et de ses différents travaux. Aujourd’hui, il se lance dans son premier projet d’écriture d’un livre mêlant ses deux passions majeures. Livre : Investigations paranormales – Premiers pas Chaîne YouTube
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF