Philadelphie, la ville aux États-Unis où tous les pères fondateurs de l’Indépendance américaine ont forgé les principes fondamentaux de leur pays. C’est dans cette ville que se trouve de nos jours une ancienne prison qui aura été en fonction pendant 142 années, il s’agit du pénitencier d’Eastern State. Ce dernier serait d’ailleurs hanté par les âmes damnées de ses anciens détenus si l’on en croit les témoignages rapportés par d’anciens prisonniers et gardiens. Découvrons ensemble son histoire et ses phénomènes paranormaux.


L’histoire du pénitencier d’Eastern State :

Construit entre 1821 et 1829 par l’architecte britannique John Haviland, le pénitencier d’Eastern State est devenu en un rien de temps l’une des plus importantes prisons des États-Unis. Ses fondations se situant sur une colline, la prison pouvait être visible à des kilomètres à la ronde. Pour que les détenus puissent accéder à leurs cellules, ils devaient passer par une petite cour donnant sur l’arrière du pénitencier et pour pouvoir accéder au réfectoire, ils devaient traverser par un portail mais celui était de taille minime et était juste suffisant pour accéder aux repas.

Par la suite des travaux d’aménagements ont été effectuées afin de rendre les conditions d’incarcération des détenus plus faciles à vivre. Ainsi des salles ont été construites avec des portes en métal pour que les prisonniers puissent aller d’un bloc à l’autre. Les conditions de travail des gardiens ont également été favorisées notamment sur l’aspect de la sécurité. En effet, des petites portes ont été aménagées dans les cellules afin que les détenus ne soient pas tentés d’attaquer les gardiens pour tenter de s’évader. Chaque prisonnier avait sa propre cellule et se devait de participer à des travaux. Ils n’avaient que le strict minimum dans leur cellule à savoir un WC, une table, des lits superposés et une Bible.

Voici un exemple de cellule typique du pénitencier, aujourd’hui dans un état avancé de délabrement.

Néanmoins, l’intérieur des cellules des prisonniers était composé majoritairement de béton avec juste un trou suffisant pour laisser passer la lumière du jour. Autant dire que ce type de cellule a forcément rendu fou plus d’un prisonnier surtout si ce dernier était seul et qu’il n’avait pas de compagnon de cellule avec lequel il pouvait se confier.

Pourtant les conditions d’incarcération furent loin d’être correctes, si l’on en croit des témoignages. En effet, lorsque les détenus sortaient de leur cellule on leur mettait sur la tête une cagoule noire pour les empêcher de voir d’autres prisonniers et de pouvoir dialoguer avec eux, car le règlement de la prison interdisait toute forme de communication. SI cette règle n’était pas respectée, le ou les détenus subissaient de lourdes sanctions. Parmi les plus répandues de la prison, il y avait 4 peines majeures :

  • Le bain marie, consistant à tremper le détenu dans un bain d’eau glacé et de le pendre à un mur durant toute une nuit.
  • “The Mad President”, un fauteuil dans lequel le détenu était attaché avec des bandes de cuir le plus serré possible afin d’éviter toute forme de mouvement et d’empêcher la circulation du sang dans le corps. Cela pouvait durer plusieurs jours sans qu”on leur donne à manger.
  • Le gag de fer, certainement la plus meurtrière des sanctions pour les détenus d’Eastern State. En effet, cela consistait à serrer un collier de fer sur la langue du détenu qui était ensuite enchaîné à ses mains qui elles aussi furent attachées derrière son dos. Tout mouvement de la part du prisonnier pouvait entraîner une déchirure et donc une hémorragie. Énormément de prisonniers sont morts en tentant de s’échapper.
  • Et le trou, dans lequel les détenus les plus incontrôlables et irrespectueux du règlement de la prison étaient enfermés pendant des semaines sans avoir à manger ou très peu car le plus souvent leur nourriture était le plat principal des rats et autres bêtes qui leur tenaient compagnie.

Les gardiens de la prison n’étaient d’accord avec ses méthodes de sanction, mais ils devaient eux aussi respecter le règlement et le faire appliquer sous peine d’être aussi sanctionnés.

De nombreuses personnalités ont été détenues au pénitencier d’Eastern State jusqu’à sa fermeture officielle en 1971. Parmi elles, on peut citer l’écrivain Charles Dickens, ou d’autres personnes du milieu criminel comme le parrain de la mafia de Chicago Al Capone qui a séjourné à Philadelphie un bref instant avant de partir en Californie dans la prison d’Alcatraz, le braqueur de banque Willie Sutton ou encore Leo Callahan.

Bien sûr plusieurs détenus ont tenté de s’évader de la prison de Philadelphie mais elles se sont toutes pour la plupart d’entre elles soldées par un échec. Au vue de la taille impressionnante du bâtiment, des conditions carcérales extrêmes de l’époque et du nombre de détenus décédés il n’est pas étonnant que des phénomènes paranormaux soit à l’œuvre dans ce lieu.

Les phénomènes paranormaux constatés :

Les premières manifestations étranges auraient commencé dans les années 40, mais ce n’est qu’à partir de 1971 après la fermeture de la prison que les phénomènes paranormaux ont pu être observés. Il est d’ailleurs l’un des lieux les plus étudiés et les plus prisés par les spécialistes du paranormal. En effet, il y aurait pas moins d’une dizaine d’enquêteurs qui ont mené leur analyse sur le pénitencier de Philadelphie.

Le cas paranormal le plus connu de la prison aurait été rapporté par un homme, serrurier de profession qui à avouer qu’au moment où il était entrain d’enlever une serrure de la porte d’une cellule une mystérieuse force invisible l’aurait attrapé afin de l’empêcher de faire le moindre mouvement. Il a avoué au moment de son étrange paralysie avoir aperçu des visages angoissants se coller contre la paroi de la cellule et plusieurs formes dont une d’entre elles qui lui aurait fait signe qui tournaient autour de cette même paroi. Même si ce qu’il a vécu s’est passé depuis plusieurs années, à chaque fois qu’il raconte son expérience paranormale il en frisonne comme le premier jour.

D’autres phénomènes ont pu également être constatés par des touristes et employés au cours des visites de cette ancienne prison d’état américaine. Ces derniers ont relevé avoir entendu des chuchotements, des pleurs et des ricanements semblant provenir de l’intérieur des murs.

Enfin pour conclure cet article sur le pénitencier d’Eastern State, nous pouvons affirmer la chose suivante, au vue des tortures et morts atroces affligées dans le passé aux prisonniers du au règlement inhumain de la prison ainsi qu’aux conditions d’incarcération de l’époque ayant plongé la plupart des détenus dans la folie, il est indéniable que cette ancienne prison d’état soit hantée. En effet, la douleur et la souffrance des anciens détenus sont encore ancrées dans les murs et leurs esprits tourmentés n’ont pas encore trouvé le chemin vers l’au-delà, peut être parce que ces derniers ne savent pas qu’ils sont morts ou peut être qu’ils attendent un jour que leur condamnation soit terminée. De plus, de nombreux enquêteurs qui y ont mené leurs enquêtes et sont toujours repartis avec des résultats.

Rédigé par John Sinclair et publié sur Hellystar

Certaines sources de cet article proviennent de :

  • http://quilaztli.over-blog.com/article-eastern-state-le-penitencier-hante-120366433.html
  • http://documystere.com/fantomes-demons/le-penitencier-deastern-state-hante/
  • http://www.mindshadow.fr/penitencier-eastern-state/.

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr