L’énigmatique manuscrit funèbre de 3 000 ans de Djedkhonsouiouefankh (du vrai nom : “Papyrus du livre de la mort de Djedkhonsuiuef’ankh”), présentée au Musée du Caire, illustre une scène étrange: un objet en forme de disque, représenté comme extrêmement brillant, avec un train d’atterrissage déployé au sommet d’un Sphinx.  Les questions se posent juste au premier regard, ceci pourrait-il être un OVNI ? En tout cas, nombre de personnes l’ayant vu croient que c’est la preuve ultime qu’il existe bien un lien profond entre l’Égypte ancienne et les êtres d’un autre monde.

L’objet vu au-dessus du Sphinx est différent de tout autre “bateau” vu dans la mythologie égyptienne ancienne. En fait, c’est différent de tout ce qui a été vu précédemment dans leur iconographie ou leur symbolisme.


L’objet curieux vu dans le manuscrit de Djedkhonsouiouefankh a été peint par les anciens égyptiens comme étant un disque qui rayonne d’une lumière extrêmement brillante et lorsque vous regardez les représentations modernes des OVNIs, il ressemble exactement à la façon dont les gens les décrivent aujourd’hui.

Cet ancien papyrus est présenté dans une étude intitulée (en anglais) : L’espace cosmique et le temps archétype, les représentations de la déesse du ciel Nut dans trois tombeaux royaux du Nouveau Royaume et la relation à la voie lactée par Alice Maravelia pour l’Université nationale et capodistrienne d’Athènes.

Si nous examinons de près le manuscrit ancien, il est clair qu’il s’agit d’un objet en forme de disque qui a un dôme rayonnant sur le dessus. Il est représenté comme ayant “atterri” sur le Sphinx, avec trois trépieds semblables à des -jambes- qui se détachent de l’objet. Peut-être une plante-fleur, une décoration ornementale, ou même une sorte de maïs? Car ce n’est parce que cet objet ressemble à un objet volant non identifié, que ça en est un…

La vérité sur l’origine du Sphinx est encore vaguement inconnue malgré les nombreuses théories et cela ne contribue à rien lorsque vous voyez un papyrus comme celui-ci. Le degré d’érosion que nous pouvons voir sur le Sphinx, suggère que sa construction remonterait à 10 000 av. J.-C. C’est un monument ancien dont les secrets sont restés cachés depuis des milliers d’années et qui de nos jours possède ses propres légendes (et surtout ses mystères).  Selon les -ragots-, il est rapporté que les chercheurs ont trouvé des passages dans des chambres cachées sous le Sphinx ou, aujourd’hui, certains s’aventurent même et disent que le Sphinx peut contenir une vérité derrière notre existence même… Quoi qu’il en soit, il s’agit à juste titre d’un des monuments les plus mystérieux de la surface de la planète.

 

Lorsque le monument massif a été trouvé pour la première fois, il était couvert de sable jusqu’à la tête. Pendant des siècles, la plupart des visiteurs et chercheurs qui ont visité la région croyaient que ce bloc ne possédait seulement qu’une tête.

Cependant, l’ingénieur français Émile Baraize était convaincu qu’une autre partie était cachée sous le sable et sous les mensonges de l’époque, c’est la raison pour laquelle il a commandé lui-même une fouille pour découvrir le reste du Sphinx. Enfin, après 11 ans de creusement, Baraize et son équipe ont découvert un corps massif ressemblant à un lion, réintroduisant le monument massif du monde dans sa splendeur complète. C’est la plus grande sculpture monolithique sur Terre.

Curieusement, en plus du papyrus mentionné ci-dessus qui “illustre” l’objet en forme de disque, il existe un autre manuscrit ancien considéré comme une autre preuve ultime d’un contact étranger dans l’Égypte ancienne appelé le papyrus de Tulli.

Voici une traduction du papyrus de Tulli selon l’anthropologue R. Cedric Léonard qui déclare:

tulli“Au cours de l’année 22, du troisième mois d’hiver, six heures du jour […] parmi les scribes de la Maison de la Vie, il a été constaté qu’un étrange disque ardent venait dans le ciel. Il n’avait pas de tête. Le souffle de sa bouche émettait une mauvaise odeur. Son corps avait une tige de longueur et une tige de largeur. Il n’avait aucune voix. Elle est venue vers la maison de Sa Majesté. Leur cœur s’est confusé par là, et ils sont tombés sur leurs ventres. Ils sont allés au roi pour le signaler. Sa Majesté [a ordonné] que les rouleaux [situés] dans la Maison de la Vie soient consultés. Sa Majesté a médité sur tous ces événements qui se déroulaient maintenant.

Après plusieurs jours, ils sont devenus plus nombreux dans le ciel que jamais. Ils brillaient dans le ciel plus que la luminosité du soleil, et s’étendaient jusqu’aux limites des quatre supports du ciel […] Puissant était la position des Disques Ardents.

L’armée du roi regardait, avec Sa Majesté au milieu d’eux. C’est après le repas du soir que les disques montèrent encore plus haut dans le ciel au sud. Les poissons et autres volatiles tombèrent du ciel: une merveille jamais connue depuis la fondation du pays. Et Sa Majesté a amené l’encens pour apaiser le cœur d’Amun-Re, le dieu des deux terres. Et il a été [ordonné] que l’événement [soit enregistré pour] Sa Majesté dans les Annales de la Maison de la Vie [à retenir] pour toujours “.

Est-ce que l’énigmatique objet en forme de disque au-dessus du Sphinx est l’un de ces étranges “Diques Ardents” mentionnés dans le Papyrus Tulli ?