Naïa est une femme considérée comme une sorcière, qui aurait vécu dans les ruines du château des Rieux à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan (Bretagne) à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Selon Charles Géniaux, qui a publié une célébre enquête sur Naïa dans le Wide World Magazine en octobre 1899, puis dans son livre “La Vieille France qui s’en va” quelques années plus tard, elle était connue localement pour avoir le don d’ubiquité (plusieurs endroit en même tems), lire l’avenir, ne pas sentir la douleur…
Selon un de ses informateurs, elle serait née dans la commune voisine de Malansac, d’un père rebouteux.

Aujourd’hui, un musée d’art contemporain, a été installé dans le château depuis 2015 et porte son nom : Naïa museum.


Naïa vécu  exactement jusque dans les années 1920, à Rochefort en Terre (56), dans les ruines du vieux château. Elle fit l’objet de nombreuses photos et cartes postales, mais aussi d’articles, comme ceux de Charles Géniaux qui a étudié les croyances en Bretagne.

Naïa, la célèbre sorcière de Rochefort en Terre vivait donc dans les ruines du château médiéval de Rieux, seule, et elle tenait toujours à la main un baton, considéré “magique” noueux.
Les gens de la région lui attribuaient de nombreux pouvoirs, on la disait immortelle et pourvue du don d’ubiquité : de nombreux témoignages attestent l’avoir vue à plusieurs endroits en même temps. De nombreuses personnes venaient la consulter, mais se tenaient en général à bonne distance. Ils racontaient que des voix mystérieuses sortaient d’un feu, et qu’elle avait le pouvoir de manipuler les braises sans se brûler. Elle lisait l’avenir. De nombreux mystères entourent sa vie: personne ne la voyait jamais se déplacer, elle ne semblait pas manger. Les récits disaient qu’elle avait toujours eut la même allure, les mêmes vêtements, le même âge. En d’autres termes, elle semblait échapper aux lois de la nature humaine et du temps!

Parmi les personnes qui l’on rencontrée, Charles Géniaux disait:

 Elle était assez instruite et d’une intelligence très vive, lisait même les journaux. Son père, de Malensac était rebouteux. Elle avait su entretenir une part de légende autour de ses pouvoirs et de son personnages qui la faisait craindre mais aussi respecter à travers toute la contrée. 

Sachez-en plus sur Naïa grâce à un extrait du livre de Charles Géniaux “La vielle France qui s’en va”.

Cliquez ici pour voir la suite.

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr