Ne vous fiez pas aux apparences en regardant de plus près ce bijou faisant certainement parti des plus beaux joyaux de notre monde. En effet, le diamant Hope comme on l’appelle à la sinistre réputation d’être maudit. Plusieurs de ses propriétaires ont été victimes de sa terrible malédiction. Découvrons ensemble les secrets que nous cache ce bijou.


Nous savons que ce diamant bleu a été découvert vers 1610, probablement dans la mine Kollur de Golconde en Inde et pèse 45,52 carats. Dès sa découverte ce diamant a déjà suscité l’intérêt d’un prêtre hindou qui a tenté de le dérober en vain. Ayant été pris sur le fait, il sera sévèrement torturé pour avoir commis ce crime. L’origine de la malédiction aurait-elle prise place à ce moment là ? Possible. Mais ce n’est pas le seul à subir le mauvais sort du diamant au bleu profond. Au cours de son histoire, de nombreux propriétaires vont aussi connaître le même sort.

On retrouve les traces de ce diamant lorsque le voyageur français Jean Baptiste Tavernier de passage en Inde, achète ce diamant pour le vendre au roi Louis XIV. Le Roi Soleil fut forcément ravi de faire l’acquisition de ce diamant qui va vite nommé “Violet de France” et offre un bon prix à Tavernier. D’après la légende de la malédiction, Jean Baptiste Tavernier aurait fini dévoré par des chiens sauvages, mais en réalité il est mort de vieillesse à Moscou à l’âge de 84 ans. Jusque là difficile de savoir si la malédiction poursuivait sa marche infernale, mais l’histoire lui donnera raison.

En effet, Nicolas Fouquet à la demande du roi voulu emprunter le diamant à l’occasion d’un diner officiel, mais ce dernier sera reconnu coupable pour détournement de fonds et sera emprisonné à vie, il sera mort en prison.

Et ce n’est pas tout, la princesse de Lamballe qui avait la “chance” de porter souvent ce diamant aurait été assassinée plus tard sous les nombreux coups d’une foule enragée.

Même le roi Louis XIV est victime quelque part de la malédiction de ce joyau puisqu’il sera mort d’épuisement en 1715, après un règne sur le trône de France de 72 ans. Sa mort entraina le royaume à sa perte et le pouvoir politique en fut affaiblit.

N’oublions pas non plus les derniers possesseurs français de ce diamant avant que celui ci ne soit volé en 1792 par des voleurs anglais, Louis XVI et Marie-Antoinette qui seront tous les deux guillotinés.

Portait de Henry Thomas Hope (1769-1831)

Nous retrouvons les traces du diamant maudit à partir de 1812, soit vingt ans et deux jours après son vol, délai de prescription oblige, il restera ainsi en Angleterre. C’est en 1824, que le bijou fut acheté par le banquier londonien qui donnera d’ailleurs le nom que nous connaissons aujourd’hui du diamant Hope, Sir Henry Thomas Hope. Il va très rapidement connaître de fortune et l’un de ses petits fils va mourir de manière inexplicable d’épuisement. Néanmoins, un de ses héritiers arrivera à se débarrasser du diamant en le mettant en vente. Henry Thomas Hope mourut en 1831. Pendant 16 années, le diamant ne cessera de changer de main.

Parmi les personnes qui vont le récupérer nous pouvons citer le français Jacques Colet qui se suicida peu de temps après l’acquisition du bijou. Puis c’est au tour du prince russe Ivan Kanitovitch qui va être assassiné, lui aussi peu de temps après l’acquisition du joyau. Ensuite en 1909, le sultan turc Abdul Amid s’empressa d’acheter pour la somme de 400 000 dollars le diamant afin de l’offrir à sa concubine préférée Subaya, il fut par la suite renversé et destitué de ses pouvoirs.

Abdul Amid

Puis Simon Montharides en devint le nouveau propriétaire. Il sera au mort au cours d’un accident de la route le tuant sur le coup, ainsi que son épouse et sa petite fille. Le Diamant Hope traversa l’Atlantique pour tomber dans les mains du magnat de la finance Ned McLean. Sa famille ne cessera de vivre dans le malheur car peu de temps après l’achat du bijou, son fils Vincent se tua dans un accident de la route, sa fille mourut d’une overdose, son épouse s’adonna au mauvais plaisir de l’héroïne et lui même a fini ses jours dans un asile psychiatrique dans lequel il mourut en 1947. Il laisse ainsi ce triste héritage à ses petits-enfants.

Photo de la famille McLean

Dix ans plus tard et après vécu trop de tragédies, la famille McLean vendit le diamant à Harry Winston connu pour être un marchand de pierres précieuses. Cela n’arrêta pas la malédiction pour autant puisque l’on retrouvera Evalyn McLean morte dans son appartement à Dallas le 13 décembre 1967, les raisons quand à la cause du décès demeurent toujours inconnues. Par la suite Winston, fit don du diamant au musée du Smithsonian Institute.

Aujourd’hui, nous savons que ce diamant se trouve à Washington D.C. au musée nationale d’histoire naturelle aux Etats-Unis, et il est placé sous haute surveillance. Ce qui semble ne pas être plus mal car ce diamant à causer la mort de nombreuses personnes qui ont croisé sa route. Une question demeure néanmoins en suspens, la dernière personne avant que le diamant ne soit la propriété du musée à l’avoir possédée était Harry Winston. Cependant, nous ne savons si ce dernier a connu le même sort tragique que ces prédécesseurs. Pouvons nous alors supposer que la malédiction a pris fin ? Une question dont nous ne sommes pas encore prêt à trouver une réponse.

Rédigé par John Sinclair et publié sur Hellystar

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr