Ötzi est le nom qui a été donner à un être humain datant du Chalcolithique ou plus simplement de “l’Age de de Bronze” (période de la Préhistoire), dont le corps a été retrouver dans le val de Senales (Italie) momifié de manière naturelle, soit dans un “cercueil de glace”, par un couple de randonneurs le 19 septembre 1991. C’est à partir de cette date, qu’est née la malédiction de la momie des glaces affectant toutes personnes ayant été en contact avec elle.


La découverte d’Ötzi :

Le 19 septembre 1991, Helmut et Erika Simon, un couple venu de Nuremberg décidèrent de faire une randonnée dans le val de Senales situé à 92 mètres de la frontière d’Autriche. Arrivant dans la chaîne montagneuse de Similaun se trouvant dans les Alpes de l’Ötztal, le couple allemand fut une découverte d’un corps enseveli sous la glace. Persuadé qu’il s’agissait d’un alpiniste ayant été victime d’un accident ou qui été mort d’hypothermie, les randonneurs alertèrent la gendarmerie autrichienne et les carabinieri italiens (l’équivalent de la Gendarmerie française). Les représentants des forces de l’Ordre furent aussi stupéfiés que les Simon, et étant incapables de déterminer avec exactitude la période de décès du corps en question, ils prirent la décision de contacter des scientifiques.

Malheureusement, le temps de l’arrivée de ces derniers, les objets ayant été retrouvés non loin de la dépouille du défunt par les gendarmes, ont subi plusieurs dommages du fait de la présence de certains curieux. En effet, les vêtements du cadavre ont été déchirés, le récipient cylindrique l’accompagnant brisé, un objet que certaines personnes attribuées à un “bâton” (ce qui se révèlera être l’arc d’Ötzi) fut cassé, etc. Et ce n’est pas tout, il semblerait que le corps momifié ait lui aussi subi des dommages puisque le lendemain de la découverte, le gardien du refuge le plus proche Monsieur Markus Pirpamer ainsi qu’un gendarme ont tenté de dégager le défunt de son “cercueil de glace” en utilisant un marteau piqueur à compression, ce qui a endommagé la momie au niveau du fessier et d’une cuisse, dû à la rupture de l’humérus.

Un peu plus tard dans la journée, les scientifiques arrivèrent en compagnie de plusieurs alpinistes du refuge, dont le célèbre Reinhold Messner.

Reinhlod Messner, considéré par beaucoup d’alpinistes comme étant l’un des meilleurs du 20ème siècle.

Ce dernier a d’ailleurs remarqué des vestiges archéologiques autour de la momie, et s’est m’y à penser qu’il s’agissait d’un Tyrolien âgé de 500 ans. Il s’empressa de ce pas à alerter les médias. C’est le 23 septembre 1991, que le corps fut retiré des glaces par l’équipe de secours et héliporté vers l’institut de médecine d’Innsbruck. Le procureur pensant alors à un crime pris la décision de porter plainte contre X, le corps présentant après constatation des médecins légistes des traces bleuâtres et une blessure au crâne.  Les vestiges archéologiques ont quand à eux attiré plusieurs archéologues, et pour se qu’il en est de la dépouille, les autorités italiennes ont demandé à la rapatrier étant donné qu’elle a été découverte dans leur territoire. Ce qui fut accepté à la seule condition qu’une équipe internationale menée par Rainer Henn puisse autopsiée le corps et y menée une étude, qui sera publiée en 1996.

Les résultats d’autopsie estimèrent que la momie congelée était un homme âgé de 45 ans, mesurant 1m59 et pesant 50kg, il disposait d’un crâne court (bracycéphale) et portait à l’origine une barbe. Des incisives très écartées ont été constatées, ce qui s’apparenterait aux “dents du bonheur”. Une datation au carbone 14 a été effectué et semblait indiqué que l’individu en question aurait vécu sur une période comprise entre 3350 et 3100 avant J-C. Après une analyse plus poussée par spectrométrie de masse, les scientifiques en conclurent que cet homme vivant du temps de la Préhistoire, la période de l”‘Age de Bronze” pour être exact. Il s’agissait alors à ce moment là de la plus ancienne momie naturelle connue jusqu’en 1995. Du fait qu’elle eu été découverte dans les Alpes d’Ôtztal, les scientifiques nommèrent ainsi la momie Ötzi.

Ils ont aussi analyser l’équipement et l’habillement de celui que l’on surnomma bientôt “l’Homme de Hauslabjoch” ou “l’Homme de Similaun”. Ils retrouvèrent dans sa ceinture un carquois de 14 flèches dont 12 étaient en cours de fabrication, avec ses côtés un arc en if d’une hauteur de 1m82 qui était encore inachevé. Une hache à lame de cuivre pur poli et un couteau à lame de silex furent aussi retrouver sur le corps d’Ötzi. Pour ce qui était de sa tenue, elle était composée de trois couches successives : un pagne en peau de chèvre maintenu par une ceinture en peau de veau, une grande veste en cuir, des jambières cylindriques en écorce de bouleau, un petit sac comprenant un nécessaire à feu et un petit sac de cuivre contenant de petits outils silex. D’autres études ont permis également d’indiquer le rang social d’Ötzi dans une tribu préhistorique, et ont permis de constater au vu de sa tenue vestimentaire et de ses armes, qu’il s’agissait probablement d’un chef.

Des artistes hollandais ont utilisé des scanners 3D pour reconstituer “l’homme des glaces” et d’autres indications anatomiques pour créer un modèle grandeur nature, voici une des nombreuses reconstitutions d’Ötzi pour représenter l’homme important qu’il était aux yeux de son clan :

Des études sur les circonstances de la mort d’Ötzi ont également étaient menées, et semblaient indiquées qu’il serait décédé à la suite de plusieurs maladies. Ils constatèrent après avoir mené une radiographie la présence de lésions d’arthrose, mais aussi une présence anormalement élevée de métaux, ainsi que de nombreuses fractures. Les scientifiques ont également détecté chez Ötzi la bactérie Borrelia burgdoferi, qui est un parasite provoquant des problèmes d’arthrites, elle est connue sous le nom de maladie de Lyme. Ötzi fut donc le premier homme connu avoir été infecté par cette maladie. D’autres examens plus poussés sur son dernier repas ont été effectués et ont permis de révéler qu’il était intolérant au lactose. Pourtant ce ne sont pas ses nombreuses maladies qui ont entraîné sa mort, mais bel est bien un projectile qu’Ötzi avait reçu dans le dos de haut en bas sur une distance de 30 à 40 mètres, sectionnant ainsi une artère et provoquant la mort d’Ötzi par infection bactérienne.

Après les nombreuses études et examens menés sur Ötzi, son corps fut transféré au Musée archéologique de Bozen-Bolzano, en Italie où il repose dans une chambre froide et présenté au public dans une vitrine spéciale permettant de conserver ce qui reste de sa dépouille.

L’histoire d’Ötzi aurait pu en rester là, cependant les médias vont bientôt colporter une étrange rumeur à son sujet laissant penser qu’il serait maudit.

La Malédiction d’Ötzi :

En dehors de sa découverte archéologique et scientifique qui est restée dans les annales de l’Histoire, Ötzi est notamment connu dans le milieu de l’étrange comme étant le porteur d”une terrible malédiction semblable à celle du pharaon égyptien Toutânkhamon. En effet, toutes les personnes ayant approchées de près de la momie ou qui l’ont touché ont connu la mort peu de temps après. Sept personnes liées à la découverte d’Ötzi ont été victimes de la malédiction. Parmi elles :

  • Helmut Simon le touriste allemand qui avait découvert le corps avec sa femme Erika fut mort au cours d’une randonnée en 2004, à l’âge de 67 ans.
  • Dieter Warnercke, un guide de haute montagne qui était parti à la recherche de Helmut Simon, fut mort à 45 ans d’une crise cardiaque.
  • Konrad Spindler, un archéologue qui fut le premier à examiner le corps d’Ötzi meurt à 55 ans d’une sclérose en plaques.
  • Rainer Henn, le chef de la mission scientifique est mort à l’âge de 64 ans dans un accident de voiture, alors qu’il allait donner ce jour là un conférence sur Ötzi.
  • Le guide de montagne Kurt Fritz, qui avait emmené le journaliste Rainer Hoezl auprès de la momie, est mort à 52 ans dans une avalanche
  • Rainer Hoezl meurt lui aussi d’une tumeur au cerveau à l’âge de 47 ans.
  • Le spécialiste en chimie moléculaire, Tom Loy a été découvert décédé à son domicile 21 octobre 2005 à l’âge de 63 ans. Il souffrait depuis une douzaine d’années d’une infection du sang, une maladie qu’il aurait contractée peu de temps après avoir croisé le chemin d’Ötzi.

Pour de nombreux observateurs et paléoanthropologues, la malédiction d’Ötzi n’est que le fruit d’une construction médiatique issue de débats entre spécialistes italiens et autrichiens, et les troublantes coïncidences sur la mort de 7 personnes, ne peuvent prouver, selon eux qu’elles sont liées à des phénomènes paranormaux. Selon Angelika Fleckinger, directrice du musée de Bolzano :

« Cette histoire de malédiction est un phénomène intéressant qui en dit long sur la difficulté qu’ont nos sociétés à regarder la mort. Beaucoup de gens voient un cadavre pour la première fois au musée. Ça touche, évidemment »

Cependant, malgré un débat entre scientifiques et adeptes de l’étrange sur le mystère entourant la mort des 7 personnes ayant coutoyées Ötzi, l’explication rationnelle apportée par des esprits cartésiens semblait avoir remporté ce débat en question. Pourtant, encore de nos jours, le doute plane toujours…

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr