La plus célèbre résidence présidentielle au monde qu’est la Maison Blanche cacherait derrière elle une hantise que les différents Présidents des États-Unis ont omis de révéler au grand public. Au vue de sa riche histoire, il n’y aurait rien d’étonnant à ce que des fantômes cohabitent avec les résidents. Voyons ce que cache cette bâtisse historique ?


L’histoire du lieu et de ses résidents :

Située à Washington, capitale des États-Unis d’Amérique dont le nom est inspiré par le premier Président américain de l’histoire Georges Washington (de 1789 à 1797), la Maison Blanche est inaugurée à partir du 13 octobre 1792 avec la pose de la première pierre sans cérémonie officielle. Dès cette époque et se malgré l’esclavage faisant rage ( il ne sera aboli qu’à partir du 31 janvier 1865 par le Président Abraham Lincoln), les États-Unis avait déjà mis en place l’idée d’un melting pot (ou mélange des cultures) lors de la construction de la résidence présidentielle. En effet, les murs de grès constituant la maison ont été érigés par des immigrants écossais ainsi que la rose en haut relief et les guirlandes surplombant l’entrée nord, les briques et plâtreries ont été construites par des immigrants irlandais et italiens et pour ce qui est des fondations, ce sont les afro-américains qui s’en sont occupés. Cette construction va d’ailleurs s’étalée sur une période de 8 ans pour une somme de 232 371,83 dollars américains ( soit l’équivalent aujourd’hui de 2,4 millions de dollars).

Ce n’est pourtant pas Georges Washington qui sera le premier locataire de la Maison Blanche, mais son successeur John Adams accompagné de sa femme Abigail dès le 1er novembre 1800, malgré une construction encore inachevée. Deux jours après son emménagement, il écrivit une lettre à sa femme dans laquelle on retrouve une prière qui sera inscrite plus tard sur les rideaux de la salle à manger d’État par Franklin Delano Roosevelt, la voici :

“Je prie le Ciel d’accorder sa meilleure bénédiction à cette Maison et à tous ceux qui l’habiteront dans l’avenir. Puisse-t-il que seuls des hommes honnêtes et sages règnent sous ce toit.”

Une fois les travaux terminés, le grès poreux fut enduit d’un mélange de chaux, de colle, de caséine et de plomb, pour donner finalement au bâtiment sa couleur et son nom. L’appellation de la résidence présidentielle que nous connaissons aujourd’hui n’interviendra qu’à partir de 1811 sous l’idée de l’épouse de James Madison, Dolley qui parlait de “château du président”. C’est pourtant à la suite d’un incendie survenu en 1812 en pleine guerre qui a partiellement détruit le bâtiment, que l’appellation de “Maison Blanche” est devenue officielle, notamment sur le fait que de la peinture blanche a été utilisée au moment de la reconstruction.

Le bâtiment va connaître par la suite des améliorations apportées sous l’égide du Président Thomas Jefferson avec l’aide de Benjamin Henry Latrobe. Deux petites ailes, celles de l’Est et de l’Ouest vont ainsi naître et seront exclusivement réservées aux activités domestiques, loin des regards indiscrets. En 1814, pendant la guerre anglo-américaine, un autre incendie plus dévastateur que le premier de 1812, va endommagée une grande partie de la Maison Blanche, à tel point que seul les murs extérieurs restèrent debout. Latrobe et un de ces collègues nommé Hoban se mirent immédiatement à l’élaboration d’un nouveau plan de reconstruction. Ainsi en 1824 fut construit le portique sud et celui du nord se fera en 1830.

La Maison Blanche après l’incendie de 1814.

Lorsque Chester Alan Arthur pris ses fonctions en 1881, il ordonna un projet d’extension de la Maison Blanche. Les travaux démarrèrent en 1882, avec la construction du couloir principal. Ils seront poursuivis plus tard en 1891, sous le mandat de Benjamin Harrison qui construit sous l’idée de sa femme Caroline, une aile nationale à l’est pour une galerie d’art et une aile pour les fonctions officielles à l’ouest. Des extensions vont être apportées en 1901 par le Président Theodore Roosevelt au niveau de l’aile Ouest car ce dernier se plaindra d’un manque de place flagrant au moment d’emménager avec sa famille. Les travaux dureront 4 mois et s’achèveront en 1902. L’arrivée du Président Taft au pouvoir en 1909, va accélérer l’agrandissement de l’aile Ouest avec la mise en place du bureau ovale en 1910.   Sous le mandat de Coolidge, un quatrième étage est élevé. Puis durant la Seconde Guerre mondiale en 1942 sous l’administration de Franklin Delano Roosevelt, l’aile Est et un bunker sont aménagés.

L’arrivée au pouvoir de John Fitzgerald Kennedy et de sa femme Jacqueline va marquée un tournant dans l’histoire de la Maison Blanche. En effet, pendant ce court mandat la résidence présidentielle va être complétement restaurée. Jacqueline Kennedy (Jacky pour les intimes)  souhaitant rendre la demeure majestueuse et d’inspiration française. Ainsi, de nombreuses pièces vont retrouver leur aspect du 19ème siècle avec l’utilisation de nombreux meubles oubliés et de grande qualité entreposés au sous-sol. Des recherches furent également menées pour que chaque pièce soit décorée d’un style rappelant différentes périodes des débuts de la République américaine :

  • Le style fédéral pour la Green Room,
  • Le style Empire français pour la Blue Room,
  • Le style Empire américain pour la Red Room,
  • Le style Louis XVI pour la Yellow Oval Room,
  • Et le style victorien pour la Treaty Room.

Des meubles anciens, ainsi que des tissus et des objets décoratifs ont été acquis sur la base de documents historiques pour chaque période. Afin de préserver la résidence présidentielle, le bureau du Conservateur de la Maison Blanche fut créé. Il sera d’ailleurs rebaptisé Comité de préservation de la Maison Blanche sous le mandat de Lyndon.B.Johnson, dont l’objectif est de maintenir son intégrité historique. Désormais tout changement à apporter aux salles d’Etat doivent être approuvé par le Comité.

Sous Richard Nixon, une salle de presse moderne sera aménagée. Sous Jimmy Carter, des ordinateurs et la première imprimante laser seront installés. D’autres innovations ont été apportées au fur et à mesure des différents mandats.

Malgré une superficie de plus de 5 100 m2, l est néanmoins difficile de se rendre compte de la taille de la Maison-Blanche, car une grande partie est souterraine ou cachée par le paysage. En fait, elle comporte :

  • 132 pièces sur :
    • 4 niveaux dans la Résidence exécutive ;
    • 2 niveaux dans l’aile Est ;
    • 2 niveaux dans l’aile Ouest ;
  • 35 salles de bains ;
  • des dizaines de bureaux, dont celui du président (le célèbre bureau ovale) ;
  • 412 portes ;
  • 147 fenêtres ;
  • 28 cheminées ;
  • 8 escaliers ;
  • 3 ascenseurs ;
  • un court de tennis / terrain de basket ;
  • une piste de bowling ;
  • une salle de cinéma ;
  • une piste de jogging ;
  • un green de golf ;
  • une piscine ;
  • 16 chambres à coucher.

Environ 1 800 personnes réparties en 16 services travaillent à la Maison-Blanche. Cinq chefs travaillent à temps plein dans les cuisines de la résidence.

Plan général du bâtiment
Plan plus détaillé de la Maison Blanche

 

Il n’est donc pas étonnant au vue de l’immense richesse historique qu’apporte un bâtiment exceptionnel telle que la Maison Blanche de constater qu’elle puisse le théâtre de phénomènes paranormaux dont on ignorer leur existence jusqu’à aujourd’hui.

Phénomènes paranormaux relevés :

Parmi les manifestations étranges constatées, on peut relevé la présence de nombreux fantômes dont ceux :

  • D’Abigail Adams, la femme du Président Adams qui aurait été aperçue à plusieurs reprises dans la pièce de l’Est,
  • Du Président Abraham Lincoln, vu régulièrement dans les couloirs de la Maison Blanche,
  • Du Président Andrew Jackson s’amusant le plus souvent à traverser les murs,
  • Du Président Thomas Jefferson qui s’est manifesté à divers endroits de la Maison Blanche avec un violon en main,
  • L’épouse du Président Madison veillant sur les jardins de la Maison Blanche et ne souhaitant pas être troublée dans son repos…

Et ce n’est pas tout, plusieurs témoignages semblent confirmer la présence de ces entités. Parmi eux on retrouve ceux :

  • D’Hillary Clinton qui a avoué au cours d’une émission de télévision américaine la présence de fantômes durant la nuit. Elle affirma être souvent en contact avec l’esprit de Lincoln qui ne cesse d’hanter les lieux depuis son assassinat. Elle aurait aussi été en contact avec l’esprit supposé d’Eleanor Roosevelt grâce notamment au service d’un médium.
  • Un autre témoignage affirme que l’on aperçoit aussi dans les jardins l’esprit d’un soldat britannique mort en 1814, lorsque le bâtiment fut ravagé par incendie provoqué par la Couronne.
  • Les Services Secrets ont également vu le fantôme d’un soldat avec lampe torche en main franchir une lourde porte menant à l’étage inférieur.
  • Durant les travaux de rénovation, des ouvriers ont émis l’hypothèse qu’il y aurait des esprits défunts venu du Japon au sein même de la Maison Blanche, après avoir constater que les lattes en bois venaient du pays au Soleil Levant.

Dernièrement, l’ancien Président des États-Unis Barack Obama a affirmé avant son investiture avoir été en contact avec le fantôme de Marian “Clover” Adams, cependant ce contact s’est déroulé au prestigieux hôtel Hay-Adams à Washington.

Voici à présent quelques rares photos prises aux alentours de la Maison Blanche montrant des apparitions d’entités, sont-elles authentiques et sans trucage ? A vous de forger votre opinion :

Questions ouvrant à un débat :

Si la Maison Blanche est vraiment hantée comme semble l’indiquer les nombreux témoignages relevés alors nous pouvons d’un point de vue général nous poser les questions suivantes :

Pourquoi le paranormal reste encore aujourd’hui aux yeux de la plupart des gens un sujet contreversé et tabou, si des hommes influents au pouvoir politique (comme ceux de la Maison Blanche) ont eux même vécu leur propre expérience à ce sujet ? Pourquoi la plupart des enquêteurs en paranormal ne sont ils pas pris au sérieux alors que tout porte à croire qu’un autre monde rempli de défunts est connecté au notre ? Pourquoi refusons nous d’admettre l’invraisemblable ? Pour l’intérêt public ? Le bien-être de tous ?

Toutes ces questions qui sont encore de l’ordre de l’existentielle ont probablement leurs réponses. C’est à nous qui revient le droit d’y répondre et de forger sa propre opinion.

Nouveau! Donnez votre avis sur ce que vous lisez

J'aime
Like J'adore Haha Wow Ohw Grr