L’affaire des visages de Bélmez a débuté en 1971 dans le petit village espagnol de Bélmez de la Moraleda (Andalousie). Le phénomène dura pendant plus de 30 ans. Les visages de Bélmez ont connu un très fort écho dans les médias espagnols et plusieurs équipes de parapsychologues se rendirent sur les lieux pour les étudier. Ceci explique que l’affaire soit bien connue et considérée par certains spécialistes comme l’une des plus importantes manifestations paranormales du siècle.


 

Le 23 août 1971, dans le village de Belmez, en Espagne vivait la famille Pereira. Maria Pereira fi la découverte d’une trace en forme de visage humain sur le sol de sa cuisine. Elle appela son mari et son fils ainsi que ses voisines pour venir. Le fils va alors avec une pioche refaire entièrement le sol avec du ciment frais et découper soigneusement le premier visage.

Cependant quelques jours plus tard le même visage réapparut à la même place ainsi que d’autres nouveaux visages. La famille alla donc voir le conseil de la ville pour trouver une solution à leur problème. Le conseil de la ville organisa donc des fouilles et découvrit l’inimaginable… Des os humains furent découverts dont deux enfants décapités.

Par la suite on apprendra aussi que la maison était bâtie sur un cimetière d’abord romain, puis musulman et enfin chrétien. Les os avaient donc été enterrés dans un cimetière chrétien croyant que cela apaiserait les esprits mais ce ne fut pas le cas… en effet une trentaine d’autres visages apparurent sur le nouveau sol.

Mais il n’y avait plus seulement, que de simples visages, car cette fois ci on pouvait voir le haut du corps de certains visages. Maria essayait de les “nettoyer” mais ils revenaient automatiquement à un autre endroit. Les visages aussi se dessinaient des fois sous les yeux de Maria ou d’autres témoins.

En 1972 deux parapsychologues vinrent voir ce fait surnaturel. Pour eux il s’agit de l’évènement paranormal le plus important du siècle. Ils décidèrent de sceller la maison pendant trois mois pour voir si ce n’était pas une supercherie causée par des plaisantins. A l’ouverture de la maison les visages avaient bougé, d’autres étaient apparus ou avaient changé de tête. Des scientifiques ont analysé les traces et ont été formels, aucune trace d’encre ou autre indice ne pouvant faire croire qu’une personne avait dessiné ces visages n’a été trouvé. Tout a été fait, photographies, rayons X etc… Les deux para-psychologues firent aussi des tests audio. Des cris, des pleurs, des lamentations ont été entendus. La maison en 35 ans a accueilli plus de 3000 visages et une foule de curieux venue voir ce phénomène. Des visages sont encore visibles maintenant et le premier visage a été mis sous verre et accroché au mur. Maria est morte en 2004 à l’âge de 85 ans.