Versailles est l’un des plus beaux endroits de la région parisienne, construite par le roi Louis XIII, sa construction s’achève à la Révolution française. L’endroit avait été bâti par des bâtisseurs qui usaient de pauvres en guise de travailleur, certains, affamés, décèdent faute de faim et enterré sans sépulture sous le château. Tandis que la Révolution fit aussi de nombreux morts aux alentours du château. Mais cette histoire, celle de deux femmes ayant vu ces esprits torturés, reste néanmoins troublante.


Le 10 août 1901, deux femmes anglaises se promènent dans le château de Versailles. Charlotte Anne Moherly, directrice de  l’école privée féminine St Hugh à Oxford et Eleanor Frances Jourdain, enseignante, elle était venue pour convaincre Charlotte de l’engager comme seconde pour travailler à l’école St Hugh. Le temps est gris et très chaud. Elles se promènent dans le jardin mais se perdent. Mais les deux filles se sentent mal d’un coup, oppressées, et plus elles avancent, plus le sentiment devient de plus en plus fort.

(Eleanor Jourdain, crédit wikipédia)

Elles voient alors deux hommes pourtant de longs manteaux et des tricornes (chapeaux) à la mode du XVIe siècle, pensant qu’il s’agissait des employés du château habiller en tenue de l’époque, elles se dirigent vers eux et ils leur indiquent le chemin, silencieusement.

Elles arrivent ensuite prés d’un cottage, où Eleanor perçoit une petite fille d’une dizaine d’années ainsi qu’une femme, elles portaient elles aussi des vêtements du XVIe siècle. Toujours en pensant qu’il s’agissait d’une mise en place historique du château, elles continuent la visite du jardin et se retrouvent dans un pavillon chinois, qu’elles confondent avec le temps de l’amour. Annie commence à avoir une crise d’angoisse et en se retournant, elle croise le regard d’un homme assis, avec un regard menaçant et un visage vérolé, il avait un air de Georges Danton (célèbre révolutionnaire ayant contribué au renversement du pouvoir royal, il a été décapité pour avoir été contre l’idéologie de Maximilien Robespierre).

Puis un autre hommage magnifique entre dans le pavillon, portant lui aussi un costume de la même époque, il avait les cheveux frisés sous son chapeau à larges bords, il portait une longue cape sombre comme les pauvres à l’époque. Il leur montre qu’elles doivent tourner à droite avant de disparaître subitement en sortant de la pièce.

Elles continuent de se promener dans le jardin et croisent une femme en train de peindre, toujours avec une robe de l’époque. La femme lève la tête pour observer les deux jeunes femmes avant de retourner à son dessin. La vision dure à peine une seconde et il n’y a que Charlotte qui la voit. Elles continuent vers la petite maisonnée qu’elles ont devant elle et un jeune homme sort en tenue de serviteur, elles souhaitent s’excuser car elles pensent s’être perdu mais celui ne leur répond pas et les guides vers le Trianon ou elles assistent à une scène de noces d’époques.

(Charlotte Ann Moberly, crédit artdivision)

Au démarrage, les deux femmes ne comprennent pas ce qu’elles ont vu. Elles pensent qu’elles ont assisté à une reconstitution d’époque. Mais Charlotte ressent toujours la même sensation d’oppression  et en fait par à son amie Eleanor qui lui confirme la même sensation. Elles décident d’y réfléchir longuement et remarquent que les personnes qu’elles ont vues avaient une attitude étrange.

En 1902 Eleanor retourne seule au château où elle ressent de nouvelles choses, notamment un air de musique qu’elle n’identifie pas, elle se renseigne et découvre que l’air qu’elle avait entendu était un air courant à l’époque du XVIe puis en parlant à ses contacts elle découvre que Marie-Antoinette, la célèbre reine autrichienne décapitée durant la Révolution française aurait été vue depuis sa mort à de nombreuses reprises, notamment prés du Trianon.

Les deux amies retournent en 1904 au château, elles découvrent que les hommes qu’elles avaient pris pour des jardiniers étaient peut-être en réalité des gardes nationales suisses et que la porte du bâtiment où était sorti l’homme était condamné. Quant à l’homme au visage vérolé, elles pensent qu’il s’agit du comte de Vaudreuil.

Beaucoup de théories ont été avancées pour expliquer les phénomènes, les filles auraient peut-être capté les mémoires résiduelles de la défunte reine, mais aussi que le temps et l’atmosphère lourde en charges électromagnétiques auraient pu contribuer à cette étonnante lecture temporelle. D’autres indiquent que des détails ne sont pas compatibles avec le XVIIIe siècle et que la peintre observée n’était pas probablement pas la défunte reine.

Les deux amies ont publié l’histoire sous des faux noms, le succès a été immédiat et l’histoire s’est vendu à 11 000 exemplaires. Si pour certains les deux femmes ont eu une lecture temporelle, d’autres estiment que ce fut le mental mais surtout que régulièrement des passionnées de mode de cette époque se promenaient dans le jardin du Trianon et de Versailles en habit du XVIIIe siècle pour perpétuer la légende, notamment les royalistes descendant des rares survivants de la Révolution française qui ont dû s’exiler et abandonner leurs titres de noblesse pour ne pas finir sur l’échafaud. Les visiteurs étaient habitués à ce phénomène et il y avait régulièrement des commémorations. Les deux femmes n’étant pas habituées et la fatigue de la chaleur auraient alors pu être une explication rationnelle. Mais malgré tout, le mystère reste entier. Par ailleurs, beaucoup ont estimé qu’Eleanor possédait des dons de clairvoyance et qu’elle aurait pu lire les mémoires du passé du lieu, tout comme son amie.

Par ailleurs, beaucoup de personnes auraient vécu les mêmes visions que les deux femmes et ce jusqu’aux années 60. Beaucoup pensent aussi que la vision de la femme et la jeune fille dans le jardin étaient en réalité la défunte reine avec sa fille (qui n’est pas morte à la Révolution mais qui a dû s’exiler) et que l’homme n’était pas le comte Vaudreuil mais bien Georges Danton qui avait déjà était aperçu dans les divers endroits où il avait séjourné avant d’être condamné à mort.

Crédit de l’article

  • Wikipédia

Crédit image à la une

  • Sylvie Havart-Martinez : le petit Trianon


Vous aimez ? Partagez avec vos amis !

757 shares

Quelle est votre réaction ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW
Lili Price

Passionnée par le paranormal et la parapsychologie depuis l'enfance, après plusieurs participations avec des équipes, j'ai décidé de créer la mienne qui sera l'application de plusieurs années en tant que paranormaliste mais aussi des années à étudier les aspects de l'occultisme. Mon équipe, parapsychologya, est spécialisé dans les recherches spirites et parapsychologiques. Nous organisons des ateliers pourparlers sur ces thématiques et nous éditons sur notre site des articles théoriques et autres ainsi qu'une revue semestrielle. Je suis étudiante en parapsychologie et je vais bientôt faire une formation pour devenir psychopraticienne (psychothérapeute).Blog Twitter
Choisissez un type de post
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Video
Youtube, Vimeo or Vine Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF