Dans les registres mondiaux des créatures les plus insolites, il y a cet animal qui peut sans risque réclamer le titre du plus bizarrement bizarre, c’est le Squonk (ou aussi “skuonk”). Selon les légendes, cette créature habiterait dans les forêts du nord de la Pennsylvanie, aux États-Unis et serait (très) laide.


Les légendes à propos des Squonks sont probablement apparues à la fin du XIXe siècle, à l’apogée du développement de l’industrie forestière en Pennsylvanie et de la déforestation. Un nom scientifique lui a été attribué : Squonk – Lacrimacorpus dissolvens, il vient des mots latins signifiant “larme”, “corps” et “dissoudre”.

Le premier témoignage connu sur ce mystérieux animal est révélé dans le livre de William T. Cox intitulé “Les créatures redoutables de la forêt et quelques bêtes des déserts et des montagnes” (1910). Dans ce même livre, un dessin du Squonk a été fournis, mais étant de mauvaise qualité, nous le mettrons pas. Une description complète du Squonk n’existe pas – même dans le livre, il est dépourvu de certitude stricte, alors on se fait une image de celui-ci via les témoignages narrant l’avoir rencontré.

Pour information, les cryptides sont des animaux ou des plantes, dont l’existence est possible, mais non prouvée par la science. Ils font l’objet d’études sur la cryptozoologie et de la crypto-botanique. Le plus souvent ce sont des animaux. Un peptide peut être une créature considérée comme éteinte ou décrite dans les légendes, mais dont l’existence repose uniquement sur le témoignage de témoins oculaires. Ce monstre est donc un mélange des deux.

La légende raconte que la peau de la créature est répugnante, couverte de verrues, d’accrétions et de taches de saleté, quand quiconque ose regarder dans les yeux la bête, il constatera alors que celle-ci pleure constamment amèrement, dit-on, à cause de sa laideur. La créature est supposée être très sauvage et ne sort de son abri que pendant la nuit. Sa taille n’est pas connue avec exactitude, mais elle semble être relativement petite (égale ou inférieure à 1 m). Il est plus facile de repérer Squonk par temps froid avec une pleine lune ; à ce moment, il serait plus facile à remarquer, et ses pleurs seraient mieux entendus.

Les chasseurs qui ont essayé d’attraper un Squonk ont découvert que la créature pouvait s’échapper de sa captivité en se dissolvant complètement dans ses propres larmes. Un certain JP Ventling s’est dit avoir attrapé un Squonk et l’avoir mis vivant dans l’un de ses sacs, qui, lorsqu’il l’a rapporté chez lui, se rendit compte que son sac était bien plus léger que quelques minutes auparavant. Après avoir regardé, il constata que son sac ne contenait que les restes liquides de l’animal triste.