L’histoire mystérieuse d’un monstre poilu qui aurait été persécuté par les habitants d’un ancien château en Irlande, est devenue connu dans les années 1930. Selon deux enquêteurs fantômes qui ont visité dernièrement le lieu, cette histoire a eu lieu dans la seconde moitié du 19ème siècle et a été décrite en détail par Maud Fowlkes dans son livre “True Ghost Stories”, publié en 1937.

Toutes les infos de cet article, proviennent de livres, et des “parchemins” présent dans un château sans nom qu’un certain enquêteur paranormal Ronan Colan aurait ensuite relayé récemment… L’article est donc partiellement incomplet.


Comme l’indique un livre de Sir Reginald Span, prêtre d’une église anglicane d’Arizona, il était prêt à se mettre la main au feu pour prouver la véracité de cette histoire car cela est arrivé à ses propres amis qui passaient leurs vacances d’été dans le pittoresque château du sud de l’Irlande.

Tout aurait commencé du fait qu’une certaine Mme A. était, tard le soir, dans l’une des chambres du château dans l’attente du retour de son mari. Soudain, elle entendit frapper à la porte puis dans l’immédiat, des bruits de pas forts, étranges et étranger à ce qu’elle connaissait. Quelqu’un ou quelque chose se promenait de l’autre côté des murs de sa chambre dans le couloir. La femme prit une bougie et quitta la pièce. À sa grande stupeur, elle vit dans l’escalier une silhouette sombre qui montait vers sa chambre. La créature a évidemment senti qu’elle avait été remarqué, mais au lieu de fuir, celle-ci leva la tête pour regarder fixement la femme, qui elle était glacée de peur.

Cette créature possédait un corps “fort” et poilu, un peu comme un singe, mais sa tête était celle d’un homme, bien qu’elle fût aussi presque recouverte de longs cheveux / poils. Pendant quelques instants, la créature ne bougea pas (d’un poil) et continua à regarder la femme avec une expression un peu malicieuse, puis disparut soudainement, comme si elle s’était dissoute dans les airs.

Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là, puisque quelques jours plus tard, c’est le mari de Mme A. qui à son tour aurait vu la terrifiante bête poilue.
Toujours à l’intérieur du château inconnu, il entendit un rire terrible qui faisait écho dans les vieilles salles du bâtiment. Quelques instants après, il découvrit dans l’ombre d’une niche, un “grand singe” poilu à tête d’homme, exactement comme sa femme le lui avait dit auparavant. Apparemment, l’homme a été capable de mieux voir la créature mystérieuse, puisqu’il l’a décrite plus en détail plus tard. Il ajoute à la description de sa femme que les poils de la créature étaient tellement longs que cela formait une sorte de manteau de couleur brun / rougeâtre et que le fait de le rencontrer ressemblait à un cauchemar d’un rêve. Après cette apparition, l’homme s’enferma dans sa chambre, pris de terreur.

Les jours suivants, tout était calme. Mais la créature est revenue voir Madame A. qui était alors dans le salon et décorait la table avec des fleurs, quand soudainement, elle sentit deux mains se poser sur ses épaules. Mme A. pensa à ce moment qu’il s’agissait de sa fille et se retourna. Mais elle découvrit de nouveau cette créature qui se dressait au-dessus d’elle, elle faisait approximativement 180 cm. Puis le monstre fit un bruit étrange, si étrange que Mme A. hurla d’horreur en même temps. Quand l’un de ses amis présent à ce moment arriva dans la pièce, la créature a disparu aussi soudainement et incompréhensiblement que la première apparition. Après cet incident, tous les invités ont fui de peur, de retour aux États-Unis.

L’enquêteur des phénomènes paranormaux Ronan Colan, note qu’il existe un vieux mot irlandais “Gruagach“, que l’on peut traduire par “magicien” ou “géant” cannibale, mais le plus souvent il est utilisé pour désigner une grande créature poilue. La mention de cette créature peut être trouvée dans un texte norvégien du 13ème siècle au sujet de l’Irlande, là, il est mentionné qu’en Irlande, les gens ont un jour capturé, un homme sauvage et poilu, dont la crinière avait poussé le long de son dos.

Dans un autre texte ancien irlandais, des gens sauvages nommés “Gelt” sont décrits de façon très similaire à ce que l’on a vu plus haut. Ce serait des hommes devenus créatures sauvages, car ils auraient perdu la tête à cause de la peur dans des batailles entre clans, il y a longtemps. Ils courent, toujours avec une peur sans fin dans les bois et y vivent comme des bêtes sauvages, évitant la communication avec les gens civilisés. Selon des “analyses”, après 20 ans dans de telles forêts, des transformations physiques se produisent, notamment la pousse de poils, qui protégerait des dur hivers.

Aussi appelé un Geltam, il lui est seulement nécessaire pour vivre de boire de l’eau, manger des plantes aquatiques et d’un endroit confortable pour dormir (souvent de la literie). Aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de rencontres contemporaines avec le Gelt en Irlande, le chercheur Colan se demande s’il est possible que ce soit le fantôme d’une de ces créatures qui ait effrayé les membres du château, et non pas une créature physique..

Il aurait fallu, le vivre pour le savoir…