Rose Hall est un manoir géorgien, considéré comme une maison visuellement impressionnante et aussi la plus célèbre de Jamaïque. Sa base est en pierre avec un étage supérieur. Elle est située assez haut sur la colline et a donc une vue panoramique sur la côte.


1280px-rose-hall-before-reconstruction
Maison à l’époque

Le manoir fut construit dans les années 1770 pour un coût de 30 000 livres, il est ensuite devenu la propriété de John Palmer.
Rose Hall fut restauré dans les années 1960, avec des planchers en acajou, des fenêtres intérieures et des portes, lambris et plafonds en bois. Le tout décoré de papier peint en soie avec des palmiers et des oiseaux, avec aussi des lustres et meubles anciens.

Le domaine et la plantation qui étaient adjacents furent transmis à John Rose Palmer par son grand oncle.
Rose Hall s’étend sur 650 hectares répartis entre la canne à sucre, les pâturages, les 270 têtes de bétail et 250 esclaves africains environ logés là-bas.

Anne Palmer

Selon la légende, c’est l’esprit de Annie Palmer qui hanterait la plantation de Rose Hall près de Montego Bay.
L’histoire indique que Annie Palmer est née en Angleterre d’une mère anglaise et d’un père irlandais. Mais elle aurait passé une grande partie de sa vie en Haïti.
Lorsque ses parents décèdent de la fièvre jaune, elle est adoptée par une nounou qui va lui enseigner le vaudou et la sorcellerie.
Annie déménage ensuite en Jamaïque et épouse John Palmer qui est le propriétaire de la plantation Rose Hall.

Anne Palmer fut accusé de cruauté envers ses esclaves. Certains détails comme le piège à ours qui fut utilisé pour piéger les esclaves errants montre à quel point elle était terrible.

  • En 1770, John Palmer et sa femme vont construire Rose Hall et au fil des années l’endroit est devenu la propriété de John Rose Palmer.
  • En 1820, il épouse Annie. On raconte que celle-ci aurait pratiqué la magie noire et qu’elle aurait eut une emprise immense sur la plantation, qu’elle semait même la terreur.

Portrait de Anne Palmer.

Portrait de Anne Palmer.

Ses 3 maris sont morts dans des circonstances assez suspectes et la légende dit que chacun de ses maris furent assassinés dans leurs lits respectifs. (Donc à 3 endroits différents ou plutôt 3 chambres).
Annie Palmer aurait aussi assassiné certains de ses esclaves qui étaient en vérité devenu l’espace d’un instant ses amants.

Elle avait pris l’habitude de terroriser ses esclaves avec de la magie vaudou. Selon les « histoires », Annie Palmer par ennui ou par débauche aurait commencé à prendre des esclaves dans son lit. Lorsqu’elle prodiguait ses soins sur un esclave, les jours de cet homme étaient comptés. Une fois que Annie Palmer était fatiguée par son amant, elle le tuait et l’enterrait dans une tombe anonyme.

Lorsqu’elle fut veuve, et afin de ne pas paraître une « proie » du fait de vivre seule, Annie Palmer a cultivé son image d’une maîtresse dure et impitoyable. A cette époque, il était difficile de vivre en tant que femme seule, riche alors que le pays était fréquenté par des pirates, elle trouva donc le moyen d’éloigner les ennemis en faisant de la magie Vaudou.
A cette période, beaucoup d’esclaves étaient pratiquants d’art, dans le but de s’attirer des faveurs et de vivre plus longtemps. Ils ont enseigné à Annie tout ce qu’ils savaient sur la magie et même le sacrifice humain sur les nourrissons en particulier car leurs os étaient beaucoup utilisé dans la magie noire.

Annie fut alors connue sous le nom de « La Sorcière Blanche de la Jamaïque ou de Rose Hall« . Sa réputation sur la magie et ses pouvoirs ont assurés sa sécurité. Annie a trouvé le temps de se marier avec 2 autres hommes malgré tout. Elle les tua et devint riche en prenant leurs biens. On suppose que ces 2 hommes n’étaient pas de la Jamaïque car ils ne connaissaient pas la réputation d’Annie sur l’île.

Autre détail, Annie Palmer se mettait à son balcon de chambre chaque matin pour pouvoir assister à la torture de ses esclaves. Concernant les pièges à ours, ils étaient utilisés pour garder les esclaves dans les limites de la propriété pour ne pas qu’ils s’enfuient.

Rose Hall vu loin.

Rose Hall .

Un des surveillants d’Annie pratiquait le vaudou, mais un vaudou puissant qu’il avait réussi à le lui cacher, au risque de sa propre vie. Le surveillant avais une fille qui était fiancée à un jeune esclave. Malheureusement, Annie remarqua celui-ci et il fut appelé auprès de celle-ci. Le surveillant savait ce qui allait se passer alors il décida de tout faire pour protéger le jeune homme.
Annie ne suivit pas le schéma habituel, et elle tua le jeune homme le soir même, au lieu de jouer avec lui quelques temps. Peut-être qu’il s’était opposé aux attentions particulières de Annie Palmer et peut être qu’il lui a dit en aimer une autre. Quelle que soit la raison, le jeune homme mourut et la fille du surveillant en fut malheureuse. Le surveillant fut alors rempli d’une rage très puissante et il décida que Annie devait mourir à tout prix.

Une tombe spéciale fut préparée dans les bois, en vue de la grande demeure avec un rituel vaudou et des marques pour Annie.
Le lendemain le surveillant, entra dans la maison, et se mit face à la Sorcière Blanche. Là, s’engagea une bataille dans la magie et physique aussi.

Il réussi à la tuer mais il mourut aussi, se sacrifiant pour les autres esclaves. Les esclaves qui étaient au courant de ce qu’il passait, se sont empressés d’enterrer le corps de Annie Palmer dans la tombe spécialement préparée à cet effet. Une tombe destinée à l’empêcher de se lever, de marcher à nouveau dans la plantation. Mais ils n’ont pas réussi à compléter le rituel correctement et la Sorcière Blanche erre dans la demeure depuis tout ce temps.

Une autre version dit :

Annie Palmer fut finalement assassinée en 1831 par son dernier esclave « amant ». C’était lors des soulèvements des esclaves de la Jamaïque.
Certains visiteurs qui ont visité la maison de Annie Palmer, ont pu voir des tâches de sang, entendre des voix et des bébés en pleurs, des pas dans les couloirs.
Certains ont vu Annie Palmer sur son cheval dans la nuit à la recherche des esclaves fugitifs et d’autres enfin, l’ont vue sur son balcon, regardant la plantation au-delà de la mort.
Beaucoup de visiteurs ont découvert des photos inhabituelles après leur visite et toutes leur rappelle Annie Palmer.