26 shares

En 1933, le hongrois Rezső Seress, pianiste et compositeur, créa une mélodie nommée Gloomy Sunday (en français « Sombre Dimanche » et originalement Szomorú Vasárnap). Quelque temps après sa sortie et ses nombreux passages à la radio, la mélodie aurait causé la mort par suicide de plus d’une centaine de personnes, ce qui lui a valu d’être surnommé dans le pays de naissance de Seress, la « Chanson du Suicide ».


Crédit image : Fekete, 1939

En effet, la musique a été composée par Rezső Seress en 1933 et les paroles ont été écrites par László Jávor, auteur de poème hongrois. La musique a été ensuite reprise par le chanteur Pál Kalmár en 1935, puis par les deux chanteurs américains Paul Robeson et Billie Holiday vers les années 1940.

La légende veut que la chanson est été inspirée par la rupture tragique de Seres avec son amante, qui plus tard s’est suicidé, d’autres, cependant défende que c’était la petite amie suicidaire de Jávor qui a inspiré la chanson ou encore que la mélodie a été composée en l’honneur des défunts du compositeur. Quoi qu’il en soit, la chanson mystérieuse est racontée par le point de vue d’une personne dont l’amour « est mort » et qui pense au suicide pour la (les) rejoindre, le tout accompagné d’une mélodie particulièrement triste.

Vu ironiquement par certains, Seress s’est suicidé le 13 janvier 1968. Le New York Times rapportera que la chanson « Gloomy Sunday » avait déprimé Seress parce qu’il pensait ne plus pouvoirs créer de la musique à succès, faits non avérés. Cependant, la vérité est que le lien entre chanson et le suicide a commencé avant même sa publication, puisque le deuxième éditeur qui avait reçu la partition s’est suicidé peu de temps après. La malédiction de la chanson se répandit bientôt.

Dans un article publié en mars 1936 par le magazine Time, celui-ci montrait une série de suicides en Hongrie liés à la chanson comme : un cordonnier qui a écrit sur papier le nom de la chanson avant de se suicider, deux personnes qui se sont suicidés pendant qu’ils l’écoutaient ou encore des récits de dizaines de personnes qui se sont jetées dans le Danube, dont certains ont survécu. Par la suite, la malédiction franchit les frontières de la Hongrie. Le New York Times rapporte en nombre des suicides et des tentatives de suicide aux États-Unis suite à l’écoute de « Gloomy Sunday ».

En 1941, la radio BBC décide de bannir la chanson à (mauvais) succès jusqu’en 2002. De ce pas, beaucoup de magasins (car celle-ci servait aussi de musique de fond) refusèrent d’avoir la chanson parmi leurs existences, convaincus que cela pourrait aussi répandre la malédiction sur eux.

Comme on pouvait s’y attendre, la science a également voulu étudier la mystérieuse chanson tournante autour de la mort. Leur théorie finale est liée à un phénomène appelé le « suicide contagieux » ou l’effet Werther, qui veut que le fait qu’une personne qui soit entourée par des « pensées suicidaires » (réelles ou fictives) ou le suicide récent d’un proche peut à son tour, amener l’envie de ce suicider.

Les enquêtes ont également été étendues au monde du cinéma et de la télévision, notamment pour essayer de trouver des messages subliminaux visuels ou auditifs qui auraient déclenché ces suicides massifs, mais rien n’a été trouvé.

Paroles de la chanson :

Sunday is gloomy, my hours are slumberless
Le dimanche est sombre, mes heures de sommeil sont moins

Dearest, the shadows I live with are numberless
Très chère, les ombres avec qui je vis sont innombrables

Little white flowers will never awaken you
Petites fleurs blanches ne vous réveiller

Not where the black coach of sorrows has taken you
Pas là où l’entraîneur noir de douleur vous a pris

Angels have no thought of ever returning you
Les anges n’ont pas pensé à te rendre à jamais

Would they be angry if I thought of joining you?
Seraient-ils en colère si je pensais à vous rejoindre?

Gloomy Sunday

Gloomy is Sunday, with shadows I spend it all
Gloomy est le dimanche, avec des ombres je passe tout

My heart and I have decided to end it all
Mon cœur et j’ai décidé d’en finir

Soon there will be candles and prayers that are sad, I know
Bientôt il y aura des bougies et des prières qui seront tristes, je sais

Let them not weep, Let them know that I’m glad to go
Qu’ils ne pleurent pas, Qu’ils sachent que je suis content d’y aller

Death is no dream, for in death I am caressing you
La mort n’est pas un rêve, par la mort, je vous caresse

With the last breath of my soul I’ll be blessing you
Avec le dernier souffle de mon âme, je te bénirai

Gloomy Sunday

Dreaming, I was only dreaming
Rêver, je ne faisais que rêver

I wake and find you asleep in the deep of my heart, deep
Je me réveille et vous trouve endormis dans le fond de mon cœur, profonde

Darling, I hope that my dream never haunted you
Chérie, j’espère que mon rêve ne vous a jamais hanté

My heart is telling you how much I wanted you
Mon cœur te dit combien je voulais vous

Gloomy Sunday

 



Partagez cet article

26 shares

Quelle est votre réaction ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
1
HUM
LOL LOL
1
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
1
OMG
OHW OHW
0
OHW

Commentaires

Pière J. Robin
Créateur de Hellystar, je suis là pour vous faire découvrir nombre de sujets aussi passionnants, qu'extraordinaires et parfois très bizarres. Retrouvez-moi sur Facebook
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF