Libertalia serait selon une légende une colonie fondée au large des côtes de l’île de Madagascar par des pirates, dans laquelle des règles auraient été établies afin que les corsaires les plus importants de leur temps puissent y vivre en parfaite harmonie.


Libertalia : une cité-pirate authentique ou utopique ?
Crédit : Droits Réservés (DR)

Comme évoqué brièvement dans notre introduction, Libertalia serait une colonie ayant la particularité d’avoir été érigée par des pirates vers la fin du 17ème siècle, sur l’île de Madagascar et plus précisément selon certaines informations sur les côtes de la baie de Diego-Suarez.

Le seul problème dans lequel nous nous heurtons, c’est que nous ne pouvons pas certifier qu’elle ait réellement existé étant donné que les mentions de cette cité qui se veut libertaire ont été trouvées dans un ouvrage datant de 1724 rédigé par Daniel Defoe, un écrivain et commerçant anglais et intitulé : Histoire générale des plus fameux pirates. De plus, il l’écrit selon certains chercheurs sous un pseudonyme dont on est même pas sûr que ce dernier ait existé également, celui du capitaine Charles Johnson, mais ceci est un autre mystère. Que nous révèle ce livre ? On y apprend qu’une république aurait été fondée par des pirates sous la devise « Pro deo et libertate« , ce qui en traduction française donne : « Pour Dieu et la liberté. »

De plus, d’un point de vue archéologique aucune expédition n’a vraiment été organisée afin de confirmer si les dires de Defoe dans son livre sont effectivement avérés ou le simple objet d’une invention littéraire.

Mais si l’on s’intéresse aux avis des historiens ce qui semble être à première vue, une utopique cité que pouvons-nous retenir ? Et bien là aussi à part des rumeurs de l’époque, il n’y a aucune preuve tangible qui pourrait confirmer l’existence de Libertalia. Néanmoins, que nous révèlent ces rumeurs ?

A priori, les fondements de cette mythique histoire auraient débuté grâce à deux hommes :

  • Le premier serait un capitaine français du vaisseau nommé La Victoire (une puissante flotte de guerre marine composée de 30 canons datant de l’époque de Louis XIV) et répondant au nom d’Olivier Misson.
  • Le deuxième serait un prêtre italien dont on ne sait malheureusement pas grand-chose à son sujet, en dehors de son nom un certain Carracioli et que selon certaines sources il aurait fait partie de l’équipage d’Olivier Misson.

Les deux hommes qui seraient tous deux lassés par la manière de diriger des monarques d’Europe qu’ils jugent comme étant trop absolutiste et n’accordant aucune liberté aux peuples les plus démunis, auraient décidé après avoir convaincu le restant de l’équipage de partir sur une île perdue pour y créer une république dans laquelle tous seraient libres. Ce serait ainsi sous la décision d’une mutinerie menée par un mousquetaire de Louis XIV et un ecclésiastique italien que serait née la légendaire cité de Libertalia.

On a justement fait mention plus loin de « règles établies » par les pirates, or d’un point de vue social nous savons que de manière générale ils n’ont que faire des lois. Donc comment pouvons-nous parler d’une république au sein même des corsaires ? Et s’il y a vraiment eu des règles, quel est le but de ces dernières ?

Ce serait a priori dans une œuvre analytique du nom de Libertalia rédigée par un professeur et historien américain nommé Marcus Rediker, que l’on pourrait supposer trouver quelques règles. Comme par exemple le fait de répartir de manière équitable l’ensemble des butins gagné lors d’abordages de navires marchands, les transferts de propriétés notamment lors de la capture d’un navire dans lesquelles ceux qui ont pris possession du bateau considèrent ce dernier comme étant leur nouveau lieu de travail, etc. Donc on peut dire de manière générale que la république de Libertalia se veut avant tout anticapitaliste.

En tout cas, tout ce que nous pouvons être en mesure de conclure, c’est qu’en dehors de quelques mentions historiques on ne peut pas vraiment affirmer que Libertalia soit complètement une utopie. De plus et comme dit plus loin, tant qu’aucune fouille archéologique n’aura été organisée on peut classer cette cité au même titre que l’Atlantide ou l’El Dorado dans la catégorie de villes perdues et légendaires.

Crédit-Image à la une : Droits Réservés (DR)

Certaines données de cet article proviennent de :

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Libertalia
  • http://libertalia.re/lhistoire/
  • http://agir.avec.madagascar.over-blog.com/article-la-legende-de-libertalia-123967912.html
  • Recherches et connaissances liées au sujet.


Partager ce post avec votre entourage sur :

Quel est votre avis sur le sujet?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
1
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

John Sinclair

John Sinclair est un grand passionné d’histoire, de tout ce qui touche au paranormal et, de manière générale, à l’étrange. Une passion qui a démarré avec l’écriture d’articles sur le sujet, sur un blog personnel pour commencer puis finir sur Hellystar, en tant qu’éditeur d’articles. Il a également créé une chaîne YouTube dans laquelle il présente des reportages sur la base de ses recherches et de ses différents travaux. Aujourd’hui, il se lance dans son premier projet d’écriture d’un livre mêlant ses deux passions majeures. Livre : Investigations paranormales – Premiers pas Chaîne YouTube
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF