Les stigmates seraient dans le domaine religieux, l’apparition des plaies semblables à celles de Jésus-Christ au moment de sa crucifixion. Mais pour la science, ces étranges phénomènes se provoqueraient à la suite d’une maladie d’ordre psychosomatique (troubles physiques occasionnés ou aggravés par des causes psychiques).


Les stigmates : un étrangé phénomène divisant la religion et la science
Crédit : Droits Réservés (DR)

Les stigmates, qu’est-ce que c’est ?

Comme expliqué brièvement dans notre introduction, les stigmates seraient une apparition d’ordre mystique chez une personne des plaies de Jésus lors des évènements de la crucifixion, en tout cas pour les religieux. C’est-à-dire qu’on remarque sur le corps de cette dernière, les phénomènes suivants :

  • Des trous sur les mains et les poignets, ainsi, que sur les chevilles et les pieds causées par les clous au moment de la crucifixion.
  • Du sang sortant de la tête qui rappelle la couronne d’épines que les Romains ont fait portée à Jésus pour se moquer de lui et le désigner comme « le roi des Juifs ».
  • Des marques de coups de fouet apparaissant sur le dos, qui s’apparente à la torture que les Romains ont affligée à Jésus.
  • Et une blessure sur le flanc droit qui est censée rappeler le coup de grâce du soldat romain Longinus sur le crucifié afin de s’assurer de la mort de ce dernier.

Si on demande à la science et principalement à la médecine ou encore à la psychanalyse, les stigmates serraient les symptômes d’une maladie psychosomatique telle que l’hystérie (qui pendant longtemps a été considérée comme le diagnostic médical des stigmatisés même si, elle ne fait pas l’unanimité chez les médecins), ou encore par une pathologie très rare comme l’hématidrose (manifestation clinique du sang ou d’un liquide rougeâtre par les glandes sudoripares) qui serait favorisée par de l’anxiété ou encore du stress.

Quand sont apparus pour la première fois, des cas de stigmatisation ?

De manière officielle, on a recensé des cas de stigmatisation à partir du 13ème siècle. Néanmoins, certains théologiens restent persuadés que ce phénomène est beaucoup plus ancien. En effet, si on s’appuie sur la lettre de Paul de Tarse (connu sous le nom de Saint Paul, un des apôtres de Jésus) faite aux Galates, cette dernière nous révèle en latin la chose suivante : « Eno Enim stigmates Domini Jesu in corpore Meo porto« . En traduction française cela donne : « Je porte des plaies de Jésus-Christ sur mon corps ». En d’autres termes les théologiens pensent que Saint-Paul est le premier stigmatisé de l’histoire, cependant étant donné que les évènements qui y sont décrits datent d’environ à 2000 ans, il est difficile d’affirmer avec exactitude si ce qui est écrit dans cette lettre est un cas authentique de stigmatisation ou une image métaphorique de l’apôtre sur le fait qu’il partage la souffrance qu’a endurée le Christ sur la croix.

Combien y-a-t-il eu de stigmatisés recensés ? Quelles sont les principales personnes affectées par ce phénomène ?

Si l’on se tourne vers le Vatican qui s’occupe de tous les cas d’ordre mystique comme les cas de possession démoniaque, des guérisons miraculeuses, des béatifications ou de canonisations, ou encore dans notre cas des stigmatisés, on aurait très peu de réponses du fait qu’il préfère rester discret sur ses nombreuses questions évoquées. De manière officielle, seules 2 personnes ont été reconnues par l’État religieux comme étant des stigmatisés authentiques : Saint François d’Assise (considéré par beaucoup comme étant le premier stigmatisé) et Sainte Catherine de Sienne. Or dans les faits, il y aurait beaucoup plus de cas de stigmatisation mais là encore, nous n’avons pas réussi à trouver de chiffre exact.

Pour ce qui est des principales personnes touchées par les stigmates, en règle générale ce sont des individus très pieux qui se veulent le plus souvent compatissants ou compréhensifs d’un point de vue spirituel de la souffrance de Jésus lors de la crucifixion. On a tout même relevé à travers les cas de stigmatisation non reconnus par le Vatican que sont majoritairement les femmes par rapport aux hommes qui sont affectées par ses stigmates. Pourquoi ? Certains pensent qu’il y a peut-être un rapport avec le cycle des règles, mais là encore on reste pour le moins sceptique face à cette explication.

Pour conclure, peut-on vraiment confirmer que le phénomène des stigmates ait trouvé une explication rationnelle ?

Si on analyse la stigmatisation d’un point de vue rationnel en mettant de côté l’opinion religieuse sur ce sujet (pour certains religieux c’est les signes d’une intervention divine) dont nous respectons l’avis malgré tout, voici alors notre conclusion :

  • Si certains symptômes visibles de la stigmatisation ont pu trouver des explications rationnelles : c’est le cas du sang sortant de la tête qui s’expliquerait par l’hématidrose ou encore des coups de fouet qui pourraient très bien être de l’autoflagellation et l’Histoire en regorge d’exemples (comme par exemple Louis IX connu sous le nom de Saint-Louis avait pour habitude de meurtrir sa chair et de porter quotidiennement un cilice), les autres phénomènes n’ont pour le moment pas trouvé d’explication rationnelle. Pourquoi des trous apparaissent sur les mains, poignets, pieds, chevilles et sur le flanc droit du corps des personnes de manière inexplicable ?
  • Une autre interrogation et là on va se tourner vers la religion. Si François d’Assise et Catherine de Sienne sont reconnus comme étant des stigmatisés authentiques, alors pourquoi ce n’est pas le cas par exemple du Padre Pio, qui tout comme les premiers mentionnés à lui aussi apparemment eut les marques visibles de la crucifixion du Christ durant toute sa vie, jusqu’à sa mort en 1968, sachant que le Vatican l’a canonisé comme saint ? Y-a-t-il des critères bien précis à remplir pour être reconnu comme stigmatisé, possédé, miraculé ou comme saint ?

Vous l’aurez compris, ces interrogations que nous émettons de manière objective dans cet article n’ont toujours pas trouvé de réponses que cela soit aussi bien du côté de la religion comme celui de la science. Ce qui expliquerait qu’encore de nos jours le phénomène des stigmates soit catalogué comme un mystère, tant que les parts d’ombre dans cette affaire ne seront mises en lumière. Néanmoins chers lecteurs et chères lectrices, vous restez comme toujours les seuls juges de votre opinion sur ce sujet.

Certaines données de cet article proviennent de :

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Stigmates
  • http://www.lavie.fr/hebdo/2012/3493-3494/la-grande-enigme-des-stigmates-de-la-passion-07-08-2012-29829_340.php
  • https://fr.sputniknews.com/societe/201406021022854725-d-ou-viennent-les-stigmates-partie-2/
  • Recherches et connaissances personnelles liées au sujet.


Partager ce post avec votre entourage sur :

24 shares

Quel est votre avis sur le sujet?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
1
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

John Sinclair

John Sinclair est un grand passionné d’histoire, de tout ce qui touche au paranormal et, de manière générale, à l’étrange. Une passion qui a démarré avec l’écriture d’articles sur le sujet, sur un blog personnel pour commencer puis finir sur Hellystar, en tant qu’éditeur d’articles. Il a également créé une chaîne YouTube dans laquelle il présente des reportages sur la base de ses recherches et de ses différents travaux. Aujourd’hui, il se lance dans son premier projet d’écriture d’un livre mêlant ses deux passions majeures. Livre : Investigations paranormales – Premiers pas Chaîne YouTube
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF