La wicca est une théurgie encore mal comprise par les personnes observant cette discipline d’ancien art de la magie. Souvent confondue à tort avec le satanisme ou la magie noire, cette théurgie s’applique sur des valeurs morales de liberté et non soumission à la société actuelle. Mais qu’est-ce que la wicca en réalité ?


Fondée par Gerald Gardner, la wicca s’inspire des anciens cultes païens qui furent anéanti par l’ère chrétienne. Rejetant la notion de soumission et de dicta de la croyance par l’église et par l’homme, la wicca est un accomplissant d’art magique et par des rituels en hommage à deux dieux, un homme, représenté comme étant un père, un dieu à corne, symbolisant le masculin et le culte de la nature, ainsi qu’une femme, représenté comme étant la mère créatrice, l’amour inconditionnel et la fécondité. Ils sont personnifiés comme étant égaux mais différents, mais unis l’un à l’autre pour l’éternité. La déesse est souvent perçue la connaissance de tout ce qui est et ce qui était, qui tomba amoureuse de la mort et pouvant faire revivre chaque cycle afin de faire revivre son amour éternel (et beaucoup d’autres légendes autour du besoin de vénérer un dieu et une déesse)

La wicca a été crée dans le début des années 50 pour remettre au goût du jour les anciennes traditions magiques de la sorcellerie, le terme wicca est une étymologie du terme « wiccacraeft » signifiant jeteur de sorts mais aussi du terme wise « sage », les termes à l’origine de la wicca sont avant tout des mis en avant du savoir, de la sagesse mais aussi de la sorcellerie. Par le fait de la création de Gardner, chaque wiccan (praticien de la wicca) doit apprendre les traditions et règles instaurées par Gardner et ses premiers disciples, règles appartenant aussi aux anciennes traditions d’anciens cultes magiques.

(Gerald Gardner, crédit le corbeau)

Contrairement aux religions monothéistes, la femme est la part la plus importante de la wicca. Elle est représentée comme étant l’égal à l’homme, comme étant sa mère, sa sœur mais surtout comme étant la créatrice de toute chose. Le wiccan, homme ou femme, n’est pas libre de faire ce que bon lui semble et obéit à plusieurs règles, plusieurs lois instaurées par le mouvement Gardnerien et obligatoire pour devenir un bon sorcier.

En effet parmi toutes ses règles, il est interdit de faire des rituels négatifs et de faire le mal à autrui, en effet le wiccan doit craindre la loi du triple retour, c’est-à-dire de craindre le retour en triple fois du mal qui a été fait ou donné à autrui.

La magie doit être accomplie en hommage aux déités choisies mais aussi pour aider ou protéger une personne notamment. Mais cela ne s’arrête pas là, la wicca est avant tout de chose une relation spirituelle avec le divin en nous, la théurgie propose ainsi de faire une introspection à l’intérieur de soi-même pour découvrir quel est notre talent naturel, cette introspection fait partie des règles à suivre dans l’art wicca.

En effet, il n’y a pas que la magie, que l’hommage aux dieux mais le travail sur soi, travailler la part d’ombre en soi pour être en lumière est l’une des obligations mais surtout une valeur de la wicca. Cet art magique se divise en plusieurs sabbaths (célébrations païennes des changements de la terre par rapport à la roue de l’année) et esbats (célébrations de la pleine lune). La wicca ne pratique jamais à la nouvelle lune car le magnétisme est au plus faible et les travaux de protection plus faible. Certains rituels demandent à être démarré à la nouvelle lune pour se finir à la pleine lune.

Les fêtes de la roue de l’année :

  • samhain : nouvel an celte, il s’agit de la célébration du dieu cornu mais aussi les bénédictions pour les défunts, c’est aussi le moment de lâcher prise et de réfléchir sur le passé. La samhain se célèbre le 31 octobre jusqu’au 2 novembre.
  • Yule : c’est la célébration du solstice d’hiver le 21 décembre, c’est le moment ou l’on place de l’espoir et où le wiccan renaît, tout comme le dieu cornu.
  • Imbolc : dans la nuit du 1 er au 2 février, Imbolc se fête afin d’être prospère et de montre que les récoltes reviennent avec abondance et force.
  • Ostara : l’équinoxe de printemps vers le 21 mars, l’équilibre du jour et de la nuit est présent mais aussi la croissance des récoltes et du travail sur soi.
  • Beltane : se célébrant le 1er mai, elle est symbolisée par l’amour et la sexualité, mais c’est aussi la fête pendant laquelle se célèbrent les mariages qui sont dits pour durer éternellement par la force de cette célébration, associer au culte de la nuit de la Walpurgis.
  • Litha : c’est le solstice d’été et se célèbre vers le 21 juin, cette célébration est pour la gratitude de l’abondance des récoltes obtenues plus tôt.
  • Lugnasad : C’est le moment de dire adieux aux récoltes, car le soleil décline et les récoltes commencent à mourir, comme le dieu cornu. Lugnasad se célèbre le 1er août.
  • Mabon : c’est la célébration de l’équinoxe d’automne et se célèbre dans les alentours du 21 septembre, c’est l’adieu au dieu cornu mais aussi une période de méditation et de réflexion sur la roue de l’année presque accomplie. C’est l’équilibre entre les ténèbres et la lumière puisque la durée des jours et nuits est égale.

(roue de l’année wicca, crédit amelie)

Par ailleurs, la wicca possède son propre pentagramme, le symbolisme de l’évolution de la lune, demi-lune montante, pleine lune/lune noire, et demi-lune montante. La lune montrant toujours à quel point elle est importante la culture wicca. Le symbole est appelé la triple lune. La triple lune représente à gauche la jeune fille, au milieu la femme et à droite la vieille femme, symbolisant aussi la roue de l’année mais aussi la roue de la vie et l’évolution spirituelle.

Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas d’orgies ou de sacrifices humains, il y a des offrandes pour les dieux et des danses qui sont en réalité des chants grégoriens, des chants chamaniques ou des danses rituels selon le coven choisi.

En effet, pour devenir un wiccan accompli, il faut tout d’abord passer par un coven, un regroupement de sorcier qui permet de découvrir les règles, les valeurs mais qui apprend différentes choses utiles lors des sabbaths et esbats (lithothérapie, herboristorie etc … ) mais avant d’être officiellement wiccan l’apprenti doit faire ses preuves, c’est qu’une fois qu’il a fait ses preuves qu’il sera un authentique wiccan.

Le coven wiccan se dirige par deux têtes, un homme prenant le trait du dieu cornu et la femme symbolisant la déesse lunaire. Ce sont les prêtres et prêtresses wiccans qui sont considéré comme en étant l’incarnation du dieu et de la déesse. Mais tout évolue y compris les traditions, Scott Cunningham a décidé de créer des livres impliquant que désormais le wiccan peut répondre à ses propres règles sans passer par un coven, contrairement à ce qui était obligatoire autrefois. C’est ainsi que beaucoup ont abandonné les traditions gardneriennes pour faire ce que bon leur semble, changeant les règles et certains mettant volontairement la traditionnelle magie de côté sans compter le travail sur soi.

(triple lune, crédit cynthia gérard)

Mais le wiccan traditionnel ne se contente pas de suivre les règles et le travail sur soi, c’est aussi une connexion à la nature au travers des valeurs animistes. Le wiccan respecte la nature, la terre et travaille en étroite relation avec les élémentaires de la nature avec la tradition des anciens païens et les anciens arts magiques ou divinatoires perdus dans le temps.

La wicca célèbre aussi à chaque rituel chaque sorcier et sorcière tués au nom de la liberté de cultes sans jamais lancer des malédictions aux chrétiens et autres religions qui ont massacré en masse les adeptes de la magie, car le pardon et l’amour de son prochain appartiennent aussi dans les valeurs wiccannes.

Chaque wiccan se doit posséder les accessoires pour parfaire ses rituels, un grimoire où il note tous ses rituels, toutes ses recettes d’herbes etc …, un chaudron pour préparer ses rituels, des bougies etc … L’art de la wicca permet de dégager les personnes victimes de magie noire, de faire des soins, de faire des bénédictions mais aussi de faire des travaux de couture, du partage de la  nourriture, pendant les traditionnelles fêtes païennes afin d’aider et de montrer son amour de son prochain.

C’est avant tout un travail spirituel mais où la magie est utilisée pour bénir et être béni de ses propres dieux. Cette théurgie a été adoptée par plusieurs millions de personnes au travers le monde pour son aspect libre. Mais chaque praticien se doit d’apprendre de lui-même, même en dehors des covens, l’art de la magie ancestrale.

Crédit article :

  • Book of shadows, Gerald Gardner
  • Wikipédia

Crédit image à la une :

  • Coralie

Publicités

Quand pensez-vous ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
1
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise un système pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lili Price

Je suis Lili Price, je suis auteure sur Hellystar , j'écris aussi des articles sur wordpress sur mon site personnel http://www.pricelili.wordpress.com et http://www.parapsychologya.wordpress.com Je suis à la tête d'une équipe de recherche des phénomènes psychiques, paranormaux et parapsychologiques "Parapsychologya". Je suis spécialisée dans la parapsychologie et l'occultisme, je suis chercheuse en paranormal depuis 2002 et actuellement je suis en études pour faire une formation pour devenir psychopraticienne (psychothérapeute) pour ainsi continuer de me spécialiser dans les études du mystique. Blog Twitter
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF