44 shares

Léonard de Vinci (1452-1519) est l’un des artistes qui a marqué cette période de l’histoire que nous nommons Renaissance, peut-être même le plus grand personnage de son temps. Découvrons ensemble ce qui a fait sa réputation et toute la fascination gravitant autour de lui à notre époque actuelle.


Léonard de Vinci, l'histoire d'un hommei ntemporel au parcours atypique
Crédit : Verbera

L’enfance de Léonard :

Avant de vous raconter ce qui a fait la renommée de Léonard de Vinci à travers les siècles de l’histoire de notre humanité. Essayons d’en savoir un peu plus sur l’enfance du grand maître.

Il est né le 15 avril 1452 à 22h30 dans un petit village toscan au doux nom d’Anchiano, situé à environ 2 km du village Vinci et à 80 km du chef-lieu de cette région italienne, à savoir Florence. Il est le résultat d’une union illégitime entre son père Pierre de Vinci qui en dehors d’être notaire de métier, va également connaître une carrière politique assez brillante puisqu’il deviendra progressivement chancelier puis ambassadeur de la République florentine, et une mère du nom de Caterina qui fut une simple et jeune paysanne mais dont la région d’origine serait selon une étude dactylographique menée en 2006 basée au Moyen-Orient.

Par la suite, le jeune Léonard après avoir été baptisé va passer les 5 premières années de sa vie à Vinci avec son père, sans pour autant être reconnu comme un fils légitime. En 1457, sa mère va se marier avec un paysan du village répondant au nom d’Antoine et avec lequel elle donnera naissance à 5 enfants.

Dans les mêmes moments, son père va également se marier avec une jeune fille de 16 ans appartenant à une famille riche de la noblesse florentine. Elle montrera énormément d’affection pour le jeune Léonard le considérant comme son propre enfant. Hélas, c’est suite à un accouchement que la belle-mère de Léonard succombera en 1464.

Malgré une enfance pour le moins assez mouvementée, ce sont deux personnes qui vont faire de Léonard le personnage que nous connaissons dans les annales de l’Histoire. En effet, l’oncle de Léonard, Francesco va jouer un rôle majeur dans sa formation mais c’est surtout son grand-père du nom d’Antonio qui va lui donner cette passion à son petit-fils, pour l’observation de la nature en lui répétant sans cesser de garder l’œil ouvert.

Niveau éducation contrairement à ce que l’on pourrait penser, le jeune Léonard n’était clairement pas un des meilleurs élèves de sa classe. Malgré des bonnes bases dans la lecture, l’écriture et l’arithmétique, il ne maîtrisait absolument pas le grec et le latin (deux langues qui l’apprendra en autodidacte qu’à partir de ses 40 ans) et était un cancre au niveau de l’orthographe. Ses résultats sont tellement catastrophiques que l’accès à des études universitaires lui est complètement refusé.

Toutefois, Léonard grâce à l’aide inestimable de sa grand-mère paternelle nommée Lucia, va prendre goût à une de ses premières vocations : l’art. Et le moins que l’on puisse dire et selon certaines informations rapportées par un biographe du 16ème siècle, Léonard avait beaucoup de talent dans ce domaine. C’est donc assez jeune que le futur grand maître de la Renaissance va peindre des œuvres qui certes n’ont pas fait sa renommée mais qui pour l’époque ce sont très bien vendues comme par exemple une toile représentant un dragon crachant du feu que Léonard a imaginé après avoir longuement observé et étudié l’anatomie de plusieurs animaux ou encore des esquisses liées à ses observations sur la nature.

C’est en se faisant ainsi remarqué par ces croquis et peintures que le jeune garçon intégra à Florence, l’un des ateliers les plus réputés, celui d’Andrea del Verrochio. Un artiste renommé qui nous le supposons à certainement donné l’envie à Léonard d’être tout comme son professeur, un personnage multi facettes. En effet, ce dernier excellé dans l’orfèvrerie, la peinture, la sculpture, la fonderie et également dans l’art de la forge. Après avoir passé un an comme apprenti et à nettoyer des pinceaux, Léonard de Vinci commence son apprentissage dans d’autres domaines tel que la chimie ou encore la métallurgie. Une légende raconterait même que lorsque Verrochio a commencé à peindre son œuvre la plus connue qui est le Baptême du Christ, il fut tellement stupéfié de voir que le petit ange peint par son élève qui l’a aidé dans ce projet fut tellement parfait qu’on a rapporté que ce dernier aurait décidé à ce moment précis d’arrêter de peindre.

Maintenant que nous en savons un peu plus sur l’enfance de Léonard de Vinci, ainsi que le parcours déjà exceptionnel qu’il a parcouru, rentrons un peu plus dans les détails de ce personnage possédant plusieurs casquettes.

Léonard de Vinci, un personnage multi-facette :

Débutons cette seconde partie de notre article par ce qui a été sa première vocation, la peinture.

Léonard de Vinci rentra au service de Ludovic Sforza, le Duc de Milan à partir de 1482 et déménagea dans la ville du même nom, capitale de la Lombardie. Cette décision s’expliquerait par le fait que Léonard fut frustré que le pape de ce moment Sixte IV ne l’ait pas choisi pour peindre le plafond de la chapelle Sixtine, et aussi parce que Florence est entré dans une période où on s’intéresse essentiellement au renouveau de l’Antiquité (le néoplatonisme) et que ce courant de pensée n’est pas forcément du goût de Léonard de Vinci, qui préfère partir vers une ville plus ouverte à d’autres horizons.

C’est donc en 1483, que de Vinci commença de peindre La Vierge aux rochers, pour la confrérie de l’Immaculée Conception de Milan. Mais cette peinture va connaître plusieurs semaines de retard à la suite d’un contentieux entre son auteur et ses clients, qui ne prendra fin qu’à la suite de décisions venant de personnes influentes et amies du peintre, tel que Laurent de Médicis.

Mais se sont surtout la Joconde et la Cène, qui sont les deux toiles les plus connues de Léonard de Vinci :

  • Pour la première citée, notamment du fait que l’on a longtemps supposé que la personne que Léonard a peint était peut-être un homme ou une représentation de l’artiste en version féminin à la suite d’études et de comparaisons par rapport aux proportions corporelles de Mona Lisa et de de Vinci, mais le mystère fut complètement dévoilé suite à une confirmation que la Joconde était bien une femme issue de la noblesse.
  • Pour la deuxième également car beaucoup pensent qu’à travers cette toile du maitre Toscan, il y a de nombreux messages ou symboles cachés. Enfin du moins pour les adeptes de la théorie du « Da Vinci Code » qui croient dur comme fer que Marie-Madeleine était enceinte de Jésus au moment de la crucifixion et que Léonard de Vinci a été un jour le grand maître d’une société secrète du nom de Prieuré de Sion, mais ça c’est une autre histoire.

Il travaillera pour Sforza jusqu’en 1499, suite à une décision de Léonard de quitter Milan pour s’installer à Mantoue puis par la suite Venise. Ce départ s’expliquerait par le fait que suite à la chute de Sforza, de Vinci s’est allié et est rentré au service du Comte de Ligny : Louis de Luxembourg qui lui aurait demandé après avoir appris que Léonard était aussi un ingénieur hors pair de consolider les défenses militaires en Toscane, c’est le retour totalement imprévu du Duc de Milan qui aurait Léonard et son assistant à fuir et à quitter la Lombardie.

La deuxième facette de Léonard que nous allons évoquer est justement ce que nous venons de vous énoncer juste au-dessus. On a pu trouver à travers les esquisses de de Vinci que ce dernier avait des projets d’ingénierie, pour le moins visionnaire pour son époque. Comme par exemple son projet de créer une machine volante qui permettrait à l’homme de s’envoler comme les oiseaux ou encore et à contrecœur à des fins militaires suite à des demandes émanant de la famille certainement la plus despote de l’histoire italienne : les Borgia, afin que ces derniers aient un avantage sur le plan militaire. Ainsi, on peut trouver des croquis d’ingénierie militaire réalisées par Léonard de Vinci comme par exemple un tank insolite hérissé de canons ou encore un modèle qui s’apparenterait à une mitraillette.

Troisième casquette connue de Léonard de Vinci, la sculpture. Bien que lui-même ait avoué que ce n’était pas forcément son domaine préféré, il a néanmoins réalisé quelques chefs-d’œuvre comme par exemple la conception d’un monument équestre pour Francesco Sforza ce qui expliquerait par la suite pourquoi Léonard est entré à son service ou encore un projet de monument titanesque à Milan qui ne sera jamais abouti du fait qu’il requiert une technicité complexe qui n’était pas encore découverte et acquise à l’époque de Léonard.

Enfin et pour conclure, nous allons vous donner une autre facette connue de cet artiste à l’esprit universel : l’anatomie. Le dessin le plus connu de de Vinci est sans aucun doute l’homme de Vitruve, un croquis représentant un homme qui aurait vécu à l’époque de l’empereur Auguste et dans lequel Léonard aurait dessiné ce qui se serait selon lui les proportions corporelles idéales de l’anatomie humaine. Est-ce que ce dessin aurait servi comme modèle à la plupart des peintures de Léonard de Vinci ? Peut-être.

Les dernières années de la vie de Léonard :

Pour conclure cet article, nous allons attaquer une dernière partie dédiée à la fin de vie de Léonard de Vinci.

En 1515, le roi de France François 1er s’empare de Milan à la suite de la bataille de Marignan. Une réunion est alors organisée entre François 1er et le pape Léon X, le 19 décembre à Bologne. Réunion durant laquelle Léonard de Vinci fut présent et le roi de France lui confia le projet de construire un lion mécanique capable de marcher et que la poitrine de ce dernier s’ouvre afin de révéler à l’intérieur les lys, symbole de la royauté française. L’objectif de cette invention aurait servi a priori comme prétexte de paix entre la France et la papauté.

Par la suite, François 1er demanda à Léonard de Vinci de partir s’installer en France et plus précisément au château de Clos Lucé à Ambroise afin de faire de ce dernier son ingénieur, architecte mais également metteur en scène car on raconte que grâce à ses nombreux talents, le vieux maître Toscan (il fut âgé à ce moment-là de 64 ans) aurait été capable de réaliser des pièces de théâtre rien qu’avec des conceptions mécaniques qui ont d’ailleurs servi à l’occasion de fêtes grandioses organisées par le roi. Léonard accepta et parti donc pour la France en compagnie de son assistant Salai et de son élève ou assistant en peinture Francesco Melzi.

François 1er est tellement fasciné par Léonard de Vinci qu’une légende raconte qu’un souterrain aurait été construit jusqu’à la chambre du maître italien afin que le roi de France puisse lui rendre visite en totale discrétion.

Léonard de Vinci a ainsi participé à un grand nombre de projets du roi bâtisseur comme par exemple la construction d’un nouveau palais à Romorantin ou encore à l’élaboration d’un canal reliant la Loire et la Saône.

Mais le 23 avril 1519 et à l’âge de 67 ans, Léonard de Vinci tomba gravement malade et sentant que sa fin est proche demande au roi de France par le droit d’aubaine la permission de faire venir un évêque afin que ce dernier lui administre l’extrême onction. La demande fut accordée. Léonard de Vinci décède à Ambroise le 2 mai 1519. Pendant sa longue durée d’agonie, il trouva la force de rédiger un testament dans lequel il lègue toutes ses œuvres, croquis et esquisses à son assistant-peintre dont on a longtemps pensé qu’il était l’amant de Léonard, Francesco Melzi. Il demande également dans ce dernier qu’une soixantaine de personnes vivant dans la pauvreté l’accompagnent jusqu’à sa dernière demeure.

Ses dernières volontés furent respectées et encore aujourd’hui on peut se recueillir sur la tombe de Léonard de Vinci au château de Clos Lucé, plus précisément à la chapelle Saint-Hubert.

Crédit-Image à la une : Droits Réservés (DR)

Certaines données de cet article proviennent de :

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9onard_de_Vinci
  • http://www.astrosurf.com/luxorion/leonard-vinci.htm
  • http://www.cosmovisions.com/Vinci.htm
  • Recherches et connaissances personnelles liées au sujet.


Partager ce post avec votre entourage sur :

44 shares

Quel est votre avis sur le sujet?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

John Sinclair

John Sinclair est un grand passionné d’histoire, de tout ce qui touche au paranormal et, de manière générale, à l’étrange. Une passion qui a démarré avec l’écriture d’articles sur le sujet, sur un blog personnel pour commencer puis finir sur Hellystar, en tant qu’éditeur d’articles. Il a également créé une chaîne YouTube dans laquelle il présente des reportages sur la base de ses recherches et de ses différents travaux. Aujourd’hui, il se lance dans son premier projet d’écriture d’un livre mêlant ses deux passions majeures. Livre : Investigations paranormales – Premiers pas Chaîne YouTube
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF