Il faut toujours faire attention aux choses achetées à un bon prix sur les marchés ou braderies. Pourquoi ? Rien n’est connu sur l’histoire de l’objet, a-t-il été utilisé à des fins sataniques, morbides ou encore a-t-il une valeur sentimentale si puissante qu’un esprit peut s’accrocher à l’objet ? Pour cette histoire basée d’une vraie, l’objet hanté est une magnifique petite boîte ayant un passé et un présent des plus tortueux.


Tout d’abord, un dibbouk est un esprit malin dans la mythologie juive qui peut prendre possession du corps et de l’esprit de n’importe quel être humain avec qui il aurait pu avoir un différent avant sa mort brutale mais aussi  pouvant rendre sa victime complètement folle voire même jusqu’à aller corrompre son âme en le rendant impur, c’est-à-dire violent ou meurtrier. Dans la tradition juive le dibbouk possède sa victime afin d’achever une tâche précise mais jamais pour des choses positives. (crédit image André Govia)

Une boîte à dibbouk est alors une prison pour l’esprit malin où une personne l’enferme à l’intérieur afin de garder emprisonné l’âme torturée avec des incantations de la kabbale mais aussi par des exorcismes yiddish.

La boîte est ensuite scellée sans que personne ne doit jamais la ré-ouvrir sous peine d’être face à des ennuis sévères que ce soit dans sa vie personnelle, professionnelle qui pourront s’aggraver jusqu’à ce que le propriétaire de la boîte ne le cède à une autre personne qui vivra les mêmes troubles sauf si un exorcisme est pratiqué. Mais certaines fois le dibbouk est si sombre qu’il est parfois complexe à exorciser que beaucoup préfèrent l’enfermer dans une boîte ou un meuble pour endormir l’esprit, mais il est toujours indiqué qu’elle ne doit jamais plus être ouverte.

Kevin Mannis en a fait avec sa mère la désagréable expérience en 2001. Kevin est un antiquaire possédant sa propre boutique à Portland (USA) qui a pris l’habitude de se rendre dans des marchés ou des braderies pour acheter des biens pour ensuite les revendre dans sa boutique ou sur Ebay. Il achète un lot aux enchères à une famille qui revend les biens de la grand-mère qui était décédée à l’âge de 103. Au moment de charger la voiture la petite fille de celle-ci viens à sa rencontre, remarquant qu’il a acheté la boîte de dibbouk. Elle lui explique que sa grand-mère avait caché cette boîte et qu’elle crachait dans ces mains dès qu’elle parlait de celle-ci : la grand-mère venait de Pologne et était juive, elle aurait testé le spiritisme avec  un pendule et une nappe servant de oui-ja.

Les séances se faisaient avec des proches mais les conséquences ont été désastreuses. Le dibbouk aurait voulu prendre possession de la femme et menacer de tuer sa famille ou de faire en sorte que toute sa famille ne meure si elle résiste. Toute sa famille, y compris son mari, furent tuée dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle était parvenue à fuir en Espagne et c’est là qu’elle aurait acheté la boîte. La petite fille n’a aucun autre détail sur l’histoire de la boîte mais insiste pour que celle-ci ne soit jamais ouverte.

Kevin ne prend pas l’histoire au sérieux, étant juif lui-même il sait que c’est un dibbouk et estime que ce sont des histoires pour faire peur aux enfants. En rentrant dans la boutique il ouvre le verrou en laiton qui servait de fermeture à la boîte et quand il l’ouvre, il remarque que la boîte contient des objets personnels comme des cheveux, des pièces mais aussi des inscriptions en Hébreu, notamment des prières de libération et une inscription « shalom » signifiant paix. Kevin pense que ce sont seulement des objets liés à la boîte et n’y repense plus malgré qu’un incident troublant a lieu dans le sous-sol de la cave où la boîte est entreposée en attendant sa restauration.

Un jour Kevin s’absente et laisse son employée qu’il connaît bien dans la cave pour qu’elle range et nettoie l’endroit, très vite, elle ressent une lourde oppression et sent qu’elle n’est plus seule. Les luminaires se brisent tous les uns après les autres et des objets sont jetés devant la jeune femme qui est seule et terrorisée sans pouvoir sortir car Kevin avait pris l’habitude de fermer la cave qui était clôturée par un lourd grillage. La jeune femme l’appelle à l’aide par téléphone et lui explique qu’il y a quelqu’un avec elle mais sans toutefois pouvoir le voir, Kevin entend par téléphone des bruits de verres brisés et revient immédiatement à la boutique. Quand il arrive il trouve sa collègue traumatisée qui démissionne sur-le-champ, il cherche une explication au phénomène mais pense que le coupable est sa collègue même s’il la connaît bien et que ce n’est pas son genre d’être violente ou brutale. (crédit image Karen Frazier)

Un peu plus tard, Kevin reçoit sa mère à la boutique et lui offre la boîte pour son anniversaire, dès l’ouverture celle-ci fait une attaque cérébrale qui la laissera handicapé. Un jour, Kevin fait un épouvantable cauchemar où une sorcière sombre s’en prend à lui physiquement, à son réveil il est couvert de bleus et de griffures mais il n’a pas été le seul, sa sœur, son frère et son beau-frère eux-aussi ont été victimes des mêmes cauchemars lorsqu’ils étaient à proximité de la boîte. Il décide alors de se séparer de la boîte en la vendant sur Ebay et indique aux potentiels acheteurs la vérité sur la boîte et sa malédiction.

Il trouve un acheteur en 2003 du nom de Losif Nietzke, avec ses colocataires ils se sont mis à tomber malades et faire d’épouvantable cauchemar avec une sorcière très malsaine les attaquants, ils se réveillaient le matin avec des ecchymoses. L’étudiant revend la boîte 8 mois plus tard à Jason Haxton, un passionné de science qui veut alors faire des tests sur la boîte, pensant que celle-ci pourrait avoir des germes minuscules pouvant conduire à des hallucinations ou à des maladies inexplicables. Très il se rend compte que ce n’est pas le cas et que les phénomènes sont réels. Il a ressenti à plusieurs reprises des brûlures, de l’oppression et à plusieurs reprises des sensations d’étouffement et il a aussi vu des ombres particulièrement menaçantes ainsi que son petit garçon.

Il fait bénir sa maison, recouvre la boîte de bois d’acacia comme conseillé par des wiccans mais les phénomènes ne cessent pas, il dit ensuite avoir enterré la boîte à l’extérieur de sa maison pour ne plus jamais avoir affaire à elle. Néanmoins il finit par revendre la boîte à l’enquêteur de Ghost Adventures, Zak Bagans qui l’achète pour la mettre dans son musée à Las Vegas qui finit donc avec d’autres objets réputés hantés.

Crédits de l’article :

Crédit image à la une :

  • Anoni mouse

Publicités

Quand pensez-vous ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
1
HUM
LOL LOL
1
LOL
WAW WAW
1
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
3
OHW

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lili Price

Je suis Lili Price, je suis auteure sur Hellystar , j'écris aussi des articles sur wordpress sur mon site personnel http://www.pricelili.wordpress.com et http://www.parapsychologya.wordpress.com Je suis à la tête d'une équipe de recherche des phénomènes psychiques, paranormaux et parapsychologiques "Parapsychologya". Je suis spécialisée dans la parapsychologie et l'occultisme, je suis chercheuse en paranormal depuis 2002 et actuellement je suis en études pour faire une formation pour devenir psychopraticienne (psychothérapeute) pour ainsi continuer de me spécialiser dans les études du mystique. Blog Twitter
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF