28 shares

Le château d’Himeji est un édifice classé au patrimoine mondial de l’Unesco ayant été construit au 17ème siècle et dont on suppose une potentielle hantise liée à la sinistre légende du Yokai (mot japonnais, signifiant littéralement « créature ». Parfois aussi appelé Yurei, littéralement « fantôme) : Okiku.


Le château d'Himeji est-il hanté ?
Photo by siamkop is licensed under CC BY-NC-SA

L’histoire du château d’Himeji :

Situé à Himeji dans la préfecture de Hyogo, ce château est considéré comme l’un des plus anciens édifices du Japon.

Construit en pleine période féodale, le château d’Himeji (connu également sous le nom de « château du Héron Blanc ») va connaître une première extension avec la construction de deux enceintes juste après la fin d’une guerre civile qui aura duré 10 ans suite à une dispute entre deux clans puissants durant la période Muromachi (1336-1573) : les Katsumoto et les Sozen.

La forteresse va durant son histoire subir de nombreux changements de propriétaires notamment dus à son emplacement stratégique, puisque cette dernière est située sur le mont Himeji culminant à environ 371 mètres de hauteur.

Ainsi à partir du 16ème siècle, Toyotomi Hideyoshi considéré comme l’un des trois pères unificateurs du pays nippon durant la période Sengoku (1477-1573) va prendre le contrôle du château d’Himeji et va demander à son daimyo (ou chef stratégique) Kuroda Yoshitaka de construire une tour de 3 étages. Ce qui correspondrait à l’actuel donjon que nous connaissons.

D’autres travaux d’agrandissement du château auront lieu en 1609 avec l’ajout d’un nouvel étage à la tour et une extension des bâtiments de l’enceinte ouest vers 1618.

À partir de 1868, le gouvernement japonais ordonna à son armée de s’emparer du château d’Himeji encore occupé durant la période Edo (entre 1600 et 1868) par des daymios extérieurs au cercle des shoguns d’Ieyasu Tokugawa afin de déloger ces derniers et d’installer la base du 10ème régiment d’infanterie qui l’occupera jusqu’en 1874, avant de le céder au ministère de la Guerre à partir de 1879.

À partir de 1910, la tour principale a été rénovée et disposait à ce moment-là de 6 étages. Le coût des travaux fut estimé à environ 90 000 yens (soit l’équivalent de 715,69 euros aujourd’hui). En 1945, le château d’Himeji ainsi qu’une école se situant à proximité de ce dernier vont être bombardés par l’aviation américaine. Seul l’édifice militaire a survécu même si encore de nos jours on peut constater lors des visites, quelques traces du passage des bombes.

En 1993, le château d’Himeji est officiellement classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Puis entre avril 2010 et mars 2015, d’importants travaux de rénovation ont été engagés afin de restituer le plus fidèlement possible l’aspect d’origine de la forteresse. Le coût des travaux fut estimé à la somme colossale de 2,4 milliards de yens, soit 19 millions d’euros. Pendant 5 ans, seuls les chemins entourant le grand parc du château étaient autorisés aux visiteurs. C’est à partir du 27 mars 2015 que les travaux furent achevés et qu’on autorisa l’accès au bâtiment principal au public.

La légende du Yokai Okiku :

Le château d'Himeji est-il hanté ?
Illustration de Okiku, l’esprit supposé hanté le château d’Himeji.

S’il y a bien une légende dans le domaine mystique en lien avec le château d’Himeji, c’est celle du Yokai : Okiku.

Okiku aurait été une servante au service d’un samouraï répondant au nom de Tessan. Celle-ci avait le rôle de servir le château d’Himeji quoi qu’il arrive. Le samouraï tomba follement amoureux de cette dernière.

Malheureusement, Okiku n’était pas du tout sous le charme de l’homme et refusa à plusieurs reprises les avances de Tessan. Dans ce château, il y avait un lot de 10 assiettes en or que la servante devait garder comme la prunelle de ses yeux. C’est alors que par pure vengeance d’un amour non réciproque, le samouraï aurait dérobé une de ces 10 assiettes en or.

Okiku apprit rapidement le vol de cette assiette si précieuse par Tessan. Celui-ci lui lança alors le dilem de, soi devenir sa maîtresse ou être torturée et exécutée pour avoir failli à son devoir. La jeune servante préféra cependant se donner la mort en plongeant dans l’un des puits du château d’Himeji.

C’est depuis cette nuit du suicide d’Okiku que plusieurs témoignages révèlent l’apparition de son esprit à plusieurs reprises dans les couloirs de la forteresse. Certains supposent qu’elle serait toujours à la recherche de l’assiette d’or manquante, qui n’a d’ailleurs jamais été retrouvée.

Enfin et pour conclure cet article, sachez que la légende d’Okiku a servi comme source d’inspiration pour les réalisateurs des films d’horreur à succès de la saga The Ring.

Certaines données de cet article proviennent de :

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Himeji
  • https://www.kanpai.fr/himeji/chateau
  • https://www.baladedusakura.com/la-legende-dokiku-15/
  • Connaissances et recherches personnelles liées au sujet.





Partager ce post avec votre entourage sur :

28 shares

Quel est votre avis sur le sujet?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
0
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
0
OMG
OHW OHW
0
OHW

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

John Sinclair

John Sinclair est un grand passionné d’histoire, de tout ce qui touche au paranormal et, de manière générale, à l’étrange. Une passion qui a démarré avec l’écriture d’articles sur le sujet, sur un blog personnel pour commencer puis finir sur Hellystar, en tant qu’éditeur d’articles. Il a également créé une chaîne YouTube dans laquelle il présente des reportages sur la base de ses recherches et de ses différents travaux. Aujourd’hui, il se lance dans son premier projet d’écriture d’un livre mêlant ses deux passions majeures. Livre : Investigations paranormales – Premiers pas Chaîne YouTube
Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF