Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, vous allez entrer dans un monde de tortures et d’atrocités sans nom, alors âmes sensibles s’abstenir. Quand aux autres, abandonnez tout espoirs. (Interdit au moins de 12 ans)


  • Troisième partie

Bien bien, après ce bon petit plat nous allons faire un petit tour dans mon bureau. Nous avons tellement de demandes et de contrats ces derniers temps, qu’il faut que je trie un peu tout ça. Ne vous inquiétez pas, durant le trajet nous allons traverser un autre secteur faisant aussi partie de la gourmandise. Pour finir en beauté cette journée de visite, nous allons faire une pierre deux coups.

Nous suivons Belzébuth, afin de rejoindre son bureau. Nous nous dirigeons vers une porte, celle-ci s’ouvre et un courant d’air chaud qui nous prend à la gorge se fait sentir. Nous passons la porte et commençons à traverser un pont qui a l’air sans fin, sur chaque côtés il y a une baie vitrée, le plafond est pareil. Etant donné que la climatisation est en panne, la chaleur est insoutenable.
En regardant à l’extérieur, nous pouvons apercevoir des chemins, une lave visqueuse lèche les bords de ces routes sans fin, de nombreuses âmes égarées tirent toutes sortes d’objets lourds et imposants.

De là où nous sommes, nous pouvons entendre leurs cries de souffrance et de désespoir, sur leur chemin tortueux et sans fin.
Chaque personnes est suivie d’un démon, celui-ci tient à sa main un fouet, un bâton ou une lance. Si l’une des âmes s’arrête un instant, afin de reprendre son souffle, son tortionnaire n’hésitera point à le fouetter ou le frapper à l’arrière des genoux ou dans les tallons.

Avec Belzébuth nous continuons notre route, une montée débute sur ce pont tortueux, avec cette chaleur le courage ne se fait pas sentir, alors que le grand prince avance sans aucune difficulté. Nous grimpons encore et encore, les jambes deviennent lourdes, la sueur coule à grosses gouttes humidifiant les vêtements, les cheveux sont trempés.

Nous atteignons la fin de la montée et continuons sur le chemin sans en voire la fin, la température dépasse largement les quarante degrés Celsius et la tension qui pèse pourrait rendre dingue le plus grand de tout les claustrophobes.

Après plusieurs mètres de marche, nous pouvons apercevoir sur chaque côtés des piliers, sur chacun d’entre eux se trouve une âme immobile supportant le poids d’une charge imposante, un seul mouvement suffirait à lui faire perdre l’équilibre, si cela se produisait la chute l’emmènerait dans les profondeurs de la lave les attendant avec impatience en bas et leur ferait goûter l’équivalent de mille et une morts pour l’éternité. Sur certains de ces piliers des crucifix sont installés, des âmes sont clouées à ceux-ci et ces piliers descendent petit à petit jusqu’à la lave.
Toutes les souffrances de ce secteur sont tellement inhumaines, que les détailler est pour le moins impossible.

Nous arrivons au bout du tunnel, traversons la porte et pouvons enfin profiter d’un peu de fraîcheur. Les bureaux, notre destination est enfin atteinte. Ces lieux sont très accueillants et même un peu trop à mon goût. Les murs sont blancs, plusieurs démons sont installés devant leur ordinateur, certains trient des dossiers et des contrats puis d’autres font la comptabilité de l’entreprise.
Avec Belzébuth nous nous dirigeons vers son petit coin de paradis (ou d’enfer, devrais-je dire), la porte s’ouvre et nous y entrons. Le décor est légèrement plus sombre, lorsqu’on entre dans la pièce nous voyons face à nous un vieux bureau moyenâgeux avec son siège qui complète l’ensemble, il y va et s’y assoie derrière, prend un des tas de dossiers puis commence à fouiner dedans.

Les murs sont de briques, des torches illuminent cette petite pièce tout en inspirant l’inquiétude, contre les murs deux trois âmes sont enchaînées, nues comme des vers, leurs organes de reproduction ont été coupés, leur ventre ouvert jusqu’à la gorge, laissant pendre leurs intestins jusqu’au sol, leur bouche est entaillée donnant l’illusion d’un sourire inquiétant, leur crâne est ouvert laissant paraître leur cerveau palpitant. Nous pouvons voire en chacun d’eux leur cœur battre, tous sans exception pleurent et supplient pour leur salut à n’en plus finir.
Je m’avance vers le bureau puis m’installe face à Belzébuth et patiente un instant, le temps qu’il fasse son trie.

Voilà voilà, j’ai trouvé ce que je cherchais.
Pardon? Que dites-vous? Vous voulez visiter le centre de trie et celui de rafistolage. Commençons d’abord par voire votre dossier, vous aurez d’ailleurs largement le temps d’y faire un petit tour durant votre séjour chez nous. Vu votre taux de gourmandise et de gloutonnerie je ne sais pas trop où vous envoyer, votre vie n’a pas été très exemplaire, ce qui d’ailleurs me pose un petit problème. Mais bon, tant qu’à faire, je pense que vous ferez un petit tour dans chaque secteurs de la boîte. Quelle chance vous avez, les clients comme vous sont rares.
En ce qui concerne le rafistolage et le trie, vous y passerez tellement souvent que la visite de ces deux secteurs est totalement inutile.
Et vu que les clients comme vous sont rares et que vous êtes mon 666’666’666’666’666’666’666’666’666 ème clients je vous laisse la possibilité de choisir par où vous allez commencer.
Alors, quel secteur allez-vous choisir?

FIN

Pour découvrir d’autres de mes récits, retrouvez moi sur mon groupe Facebook : Welcome to Eloha Lohma Project 2.0