C’est non loin de Brasov dans la région de Transylvanie, à la la limite de la Valachie que se trouve le plus célèbre monument historique de la Roumanie, le château de Bran.


L’histoire du lieu et de ses occupants :

C’est au début du 13ème siècle pour contrôler la passe Rucar-Bran, que l’ordre des Chevaliers Teutoniques construit le premier château en bois, afin d’y développer une route stratégique commerciale importante. Ce sont des soldats locaux ainsi que quelques chevaliers de la garnison de Christian qui maintiennent une garde permanente contre les ennemis de cet époque, les Mongols car ils ont en 1242 déjà incendiés totalement la tour de guet.

Ce n’est qu’à partir de 1377, que le château fut réédifié en pierre sous décision du roi hongrois Louis 1er. Cette amélioration permet également l’ajout de nouvelles tours de guet principalement constituées d’archers anglais pour maintenir une position défensive et prélever au passages des droits de douanes sur les marchands valaques ou saxons passant par la route de la passe Rucar-Bran. Ceci durera quelques décennies, jusqu’à ce que le château soit définitivement la propriété des voivodes de Transylvanie. En 1699, les Habsbourg (famille royale et empereurs d’Autriche) sont nommés princes de Transylvanie,et deviennent donc par conséquent propriétaires du château, mais dû à l’effondrement de leur empire en 1918, le château redeviendra la propriété de la famille royale de Roumanie le 1er décembre 1920, dynastie dirigée à ce moment là par la reine Marie de Roumanie. Pendant 10 ans sous son règne, le château sera amélioré et transformé en résidence d’été. Un passage secret entre deux étages du château aurait même été découvert en 1927, probablement pour permettre la fuite de la famille royale en cas de siège.

C’est à partir de 1950, que le château fut transformé en musée et accueilli ainsi ses premiers visiteurs.

Mais ce château est surtout connu dans le monde et bien entendu en Roumanie pour l’un de ses dirigeants les plus sanglants de l’histoire, Vlad Tepes III dit l’Empaleur, prince de Valachie de 1448 à 1476. On l’appelle l’empaleur car c’est lui qui a inventé la technique de l’empalement consistant à empaler ses ennemis ou principaux opposants politiques, une technique sanglante et cruelle, entrainant une mort lente et douloureuse. Lors de sa guerre avec les Turcs, plus d”une cinquantaine de membres de son peuple sont empalés et voyant l’atrocité commise par Vlad Tepes, les envahisseurs décidèrent de fuir en avouant qu’ils ne pouvaient vaincre un homme d’une grande cruauté. On l’appelle également Dracul, ce qui signifie en langage roumain dragon, qui considéré comme une créature maudite et maléfique apportant chaos et destruction.

C’est de là que l’écrivain irlandais Bram Stoker, écrivit son roman Dracula (fils du dragon en roumain) en s’inspirant de l’histoire de Vlad III l’Empaleur, en faisant de son protagoniste un comte roumain adorant boire du sang, c’est de la que les vampire furent connus grâce à Stoker. Bien entendu Vlad ne buvait pas de sang, mais pour donner un aspect terrifiant au comte Dracula, Bram s’inspira également d’une autre histoire connue de Roumanie mais tout aussi sanglante, celle de la comtesse Elizabeth Bathory, connue pour être une des première meurtrières en série les plus prolifiques de l’Histoire. En effet, elle avait pour habitude après avoir tuer ses servantes, de les vider de leur sang pour le boire ou pour prendre des bains avec, afin de conserver sa jeunesse éternelle. Ayant été dénoncée par plusieurs villageois et familles de ses victimes, elle fut destituée de ses titres et de ses terres et fut condamner à rester enfermer dans sa chambre jusqu’à la fin de sa vie. Bien entendu l’histoire du roman prend place dans le château de Bran, et il raconte essentiellement une histoire d’amour impossible entre le comte vampire Dracula et une femme mortelle Nina Harcher, femme de Jonathan Harker, un des ennemis du comte dans le roman opposé à cet amour, aidé par l’ennemi juré du comte, le chasseur Abraham Van Helsing. Depuis de nombreuses oeuvres cinématographiques ont été adaptées au roman de Bram Stoker.

Premiers faits étranges :

Outre l’histoire sanglante du lieu, ainsi que le roman gothique décrivant un comte vampire assoiffé de sang, plusieurs personnes dont parmi elles des visiteurs du château ont ressenti des choses étranges en ce lieu. N’oublions pas que les murs du château ont eu leur lot d’horreur et de sang, et qu’il n’est donc pas étonnant que l’atmosphère du lieu soit pesante et très oppressante. De plus, selon certaines sources le château aurait connu il y a quelques années, des prêtres sataniques faisant des rituels dans la grande salle sans doute réservée au jugement des ennemis à l’époque de Vlad Tepes. Auraient-ils troublé le repos de l’Empaleur ?

Plusieurs enquêteurs spécialisés dans le paranormal, ont rapporté des bruits de pas alors qu’il n’y avait personne d’autre dans le château, des cris de douleur horribles entendus dans la salle des tortures, et accrochez-vous bien à ce que je vais vous révélez, des spécialistes auraient même réussi à capter un phénomène de voix électronique ou PVE de Vlad Tepes en personne !

En 2007, une rumeur selon laquelle le dernier descendant des Habsbourg mettait le château de Bran en vente se serait confirmer, car il est toujours en attente d’un nouveau propriétaire.