Boriska Kipriyanovich, vit à Volgograd, en Russie et est celui qui a su dérouter les scientifiques avec son intelligence – hors de ce monde – mais aussi pour avoir prétendu qu’il était né sur Mars dès sa plus jeune enfance. En effet, il a allégué qu’il aurait vécu sur la planète rouge avant de renaître sur terre dans une unique mission de sauver l’humanité.


Qui est Boriska Kipriyanovich ?

Né en 1996, Boris Kipriyanovich, (Boriska signifie « petit Boris »). Dès sa jeunesse, il est vite considéré comme un génie.

Sa mère étant médecin dit qu’elle savait qu’il était très spécial dès qu’il a su tenir sa tête vers le haut sans aucun soutien juste deux semaines après sa naissance. Elle prétend aussi qu’il aurait commencé à parler seulement quelques mois après sa naissance et vers l’âge d’un an et demi, il aurait été en mesure de lire, dessiner et de peindre. Quand Boriska est allé à l’école maternelle vers ses deux ans, les professeurs n’ont pas pu s’empêcher de remarquer que le petit Boris avait des talents d’écriture et langue incroyables, sans parler de ses compétences de mémoire étonnante.

Mais la lumière ne se posera pas sur ses capacités avancées, mais plutôt sur les déclarations que (à cette époque) le jeune garçon lance à plusieurs reprises. En effet, dans sa précédente vie, il serait né sur Mars, et régulièrement, visitait la planète Terre (en tant que spectateur). Seulement, les parents de Boriska prétendent qu’a aucun moment, ils n’ont appris quoi que ce soit à leur fils sur l’astronomie, sur Mars et encore moins sur une potentielle possibilité de vie en dehors de notre planète. Ils ajoutent qu’en grandissant, la fascination de Boriska pour l’espace est devenus son intérêt numéro 1.

Les chercheurs l’ont décrit comme un jeune homme extrêmement timide avec intelligence supérieure à la moyenne. Sa remarquable connaissance des systèmes planétaires a laissé sans voix les experts de partout dans le monde, y compris les scientifiques.

Le petit Boris et Mars

Boriska, maintenant âgé de 21 ans prétend toujours qu’il vient de Mars et qu’il a été envoyé sur terre sous – cette forme – pour sauver l’humanité d’une guerre nucléaire apocalyptique.

Il explique que sa race a été presque complètement anéantie dans un conflit nucléaire il y a milliers d’années et il craint que maintenant, nous Terriens, allons tristement dans le même sens. L’une des préoccupations de Boriska est les tensions actuelles entre les États-Unis et la Corée du Nord et que cela atteigne un point de rupture au cours du programme d’armement nucléaire en pleine expansion, de plus les deux pays ont “la gâchette facile”, selon lui. Il met en garde que nous subirons le même sort catastrophique que « son peuple » si nous n’écoutons ses avertissements apocalyptiques.

Au passage, il affirme qu’il n’est pas seul “enfant de l’espace” sur terre, déclarant qu’il y a d’autres personnes comme lui qui ont eux aussi été envoyés ici pour une mission spécifique afin de sauver l’humanité. Ceux-ci seraient, des réincarnations dénommées « Enfants Indigo », qui ont des capacités surnaturelles et qui auraient survécu aux guerres martiennes.

Selon Boriska, les Martiens sont immortels, ils arrêtent de vieillir à partir de 35 ans (plus de 2 m). Ils sont très grands, technologiquement avancés et capables de faire des voyages interstellaires. Les Martiens respirent du dioxyde de carbone.

Il détaillera de ses souvenirs martiens ;

« Je me souviens de cette époque sur Mars, quand j’avais 14 ou 15 ans. Les Martiens menaient des guerres tout le temps et donc par conséquent, je devaient souvent participer à des raids aériens avec l’un de mes amis. […] Nous pouvions voyager dans le temps et l’espace avec l’utilisation de vaisseaux ronds, mais principalement, nous observions grâce à des avions triangulaires, la vie sur terre. […] Les vaisseaux martiens sont très compliquées et ils peuvent voler partout dans l’univers. »

Boriska ajoute que Mars possède actuellement une faible civilisation malgré la souffrance de la catastrophe nucléaire massive dans ce passé lointain. Après ceci, il ne resta que quelques survivants, prétend-il, qui construisit de nouvelles habitations de “protection” ainsi que de nouvelles armes.

Le mystère de Boriska ne s’arrête pas là, car l’homme (maintenant) semble en savoir bien plus que ce qu’il ne dit : “Il y a beaucoup plus à découvrir sur terre” visant la grande pyramide de Gizeh qui, dit-il avec insistance, cache de grands secrets.

« La vie humaine va changer lorsque le Sphinx sera ouvert, il a un mécanisme d’ouverture quelque part derrière l’oreille ; Je ne me souviens pas exactement, » affirme Boriska.