Une étude publiée lundi 12 février 2018 a noté que l’élévation du niveau de la mer s’accélère toujours et encore et pourrait atteindre 66 centimètres (+50%) d’ici la fin du siècle, assez pour causer des problèmes importants dans les villes côtières du monde et mettre en danger des millions de vies.


En 2018, le taux annuel d’augmentation du niveau de la mer est de trois millimètres. D’ici 2100, cela pourrait atteindre 10 millimètres par an, selon un rapport publié dans Proceedings of the National Academy of Science (PNAS). Cette étude est basée sur 25 années de données satellitaires.

L’auteur de l’analyse, Steve Nerem, a déclaré que l’accélération tirée principalement par la fonte accélérée du Groenland et de l’Antarctique, a le potentiel de doubler l’élévation du niveau de la mer d’ici 2100 : plus de 60 centimètres au lieu de 30 centimètres. Le professeur de sciences aérospatiales à l’Université du Colorado a déclaré que « c’était certainement une estimation prudente. »

Crédit : geralt

Le changement climatique provoque l’élévation du niveau de la mer de deux principales façons. Premièrement, les concentrations plus élevées de gaz à effet de serre dans l’atmosphère augmentent la température de l’eau, ce qui fait que l’eau chaude se dilate. Cette expansion thermique dans les océans a déjà contribué à la moitié de l’augmentation moyenne de sept centimètres du niveau de la mer au cours du dernier quart de siècle, a expliqué le chercheur. Deuxièmement, les océans s’élèvent avec l’augmentation du débit d’eau dû à la fonte rapide des glaces aux pôles.

« Cet article souligne le rôle important que les enregistrements satellitaires peuvent jouer dans la validation des projections des modèles climatiques », a ajouté le co-auteur John Fasullo, chercheur en climatologie au National Center for Atmospheric Research des États-Unis.

Les scientifiques qui ont participé à l’étude viennent également de l’Université de Floride du Sud, du Goddard Space Flight Center de la NASA, de l’Old Dominion University et du National Center for Atmospheric Research.

Aussi, les chercheurs ont récemment mis en lumière un autre fait inquiétant.

Les scientifiques préviennent que les changements climatiques pourraient accélérer le rejet de mercure toxique. Comme la fonte du pergélisol libère du mercure, une partie de celui-ci finira par se retrouver dans la chaîne alimentaire et dans des animaux comme le caribou de l’Alaska. Comme le note National Geographic :

« Sous certaines formes, le mercure est une neurotoxine puissante et, chez les enfants, il peut nuire au développement du cerveau, affectant la cognition, la mémoire, le langage et même les habiletés motrices et visuelles. Même chez les adultes, des quantités excessives peuvent entraver la vision, la parole et les mouvements musculaires, compromettre le système reproducteur et immunitaire et causer des problèmes cardiovasculaires. »

Si le réchauffement de la planète finit par faire fondre le pergélisol – la couche de surface gelée en permanence de l’hémisphère nord -, cela pourrait déclencher une catastrophe écologique mondiale, puisque cette zone contient plus de 58 millions de litres de mercure enfouis selon un groupe de chercheurs.

Crédit image à la une : darksouls1



Quelle est votre réaction ?

GRR GRR
0
GRR
HUM HUM
0
HUM
LOL LOL
1
LOL
WAW WAW
0
WAW
OMG OMG
1
OMG
OHW OHW
0
OHW
Pière J. Robin
Créateur de Hellystar, je suis là pour vous faire découvrir nombre de sujets aussi passionnants, qu'extraordinaires et parfois très bizarres. Retrouvez-moi sur Facebook

Commentaires

Choisissez le type de post
Sondage
Obtenez des réponses sur une question que vous poserez
Article
Proposez vos connaissances ou votre témoignage
Top
Le classique top
Video
Youtube, Vimeo ou encore Vine
Audio
Soundcloud ou Mixcloud Embeds
Image
Photo ou GIF